Source : Mediapart

Transport aérien

Air France : derrière la grève, l’ascension du "low cost" et le risque du dumping social

Les pilotes d’Air France sont engagés dans l’une des plus longues grèves de leur histoire récente. Un mouvement social que les milieux patronaux, le gouvernement et même certaines organisations syndicales se sont empressés de condamner, en lui déniant toute sens et toute légitimité. Pourtant, comme l’explique Dan Israel pour Mediapart, derrière le conflit social actuel, il y a bien un débat de fond sur l’avenir de la compagnie aérienne française, sur fond d’ascension des compagnies low cost. La réponse de la direction d’Air France est de miser sur le développement accéléré de sa propre filiale low cost, Transavia, alimentant les craintes de dumping social de la part des pilotes.

Pour la première fois depuis longtemps, les intérêts des pilotes et de la direction divergent. Mardi soir, les discussions étaient jugées « au point mort » par un des négociateurs, qui peinait à envisager une sortie de crise. La direction a fait un geste en proposant de limiter à 30 appareils la flotte de Transavia France jusqu’à 2019, au lieu des 37 initialement prévus, mais les syndicats ont rejeté cette offre. Pourquoi ? Que signifie cette soudaine accélération d’Air France en direction du low cost ? Une autre voie est-elle possible ? (...)

En fait, le groupe est pris en tenailles. Le court et moyen-courrier est très fortement concurrencé par les compagnies low cost, Ryanair et EasyJet en tête. À l’autre bout de l’échelle de prix, le long-courrier, qui fait la fierté des personnels et que le groupe considère comme sa spécialité et sa vraie image de marque, est attaqué par les compagnies des pays du Golfe, comme Emirates ou Qatar Airways, qui ont les moyens de faire voler des avions luxueusement équipés, avec un personnel très bien formé.

Pour expliquer les difficultés du groupe, la CGT livre de son côté plusieurs explications. D’une part, un coût du carburant toujours en hausse : « Le carburant représente à lui seul plus de 30 % des coûts d’exploitation contre moins de 10 % il y a 15 ans. » Problématique alors que les pays du Golfe facturent moins cher le pétrole, et que, assure le syndicat, certains transporteurs à bas coût embarquent moins de carburant pour voler, quitte à diminuer la réserve de sécurité. La CGT accuse surtout la direction d’avoir choisi une mauvaise stratégie commerciale, en réduisant fortement les prix de ses vols court et moyen-courrier en direction de Roissy, dans le but d’assurer un remplissage maximal de ses avions long-courrier.

Lire l’intégralité de l’article sur le site de Mediapart (abonnement).

Et sur les derniers développements et les raisons pour lesquelles les grévistes ont vertement refusé les dernières propositions de la direction d’Air France, voir cet article complémentaire de Dan Israel.