Source : Institute for Policy Studies

Irresponsabilité

Amendes, sauvetages financiers, renvois : les patrons américains toujours mieux payés quoi qu’il arrive

L’Institute for Policy Studies (IPS), un think tank progressiste de Washington, publie cette année la vingtième édition de son rapport Executive Excess sur la rémunération des dirigeants d’entreprises américains. Et constate que près de 40% des 241 patrons ayant figuré depuis 1993 dans le classement des dirigeants les mieux payés des États-Unis, soit ont été renvoyés, soit ont vu leurs entreprises renflouées par l’État fédéral ou assujetties à de lourdes amendes par le régulateur. Et seulement 1% sont des femmes.

La vingtième édition du rapport Executive Excess vient non seulement confirmer la hausse continue des rémunérations des dirigeants d’entreprise, ou encore les profondes inégalités de genre qui caractérisent encore le milieu des chefs d’entreprises.

Il démontre aussi qu’une proportion considérable de ces patrons n’ont manifestement pas « mérité » leur rémunération astronomique selon les standards mêmes de l’ordre économique dominant. Il ne s’agit pas d’exceptions mais d’un problème structurel de déconnexion totale entre rémunération et performance économique (sans parler d’éthique).

Les chercheurs de l’Institute for Policy Studies rappellent qu’une certain nombre de dispositions législatives basiques ont d’ores et déjà été proposées pour remettre un peu d’ordre dans ces pratiques. Certaines d’entre elles étaient incluses dans la fameuse loi Dodd-Frank de régulation financière adoptée par l’administration Obama, mais elles attendent encore leur mise en application.

Voir la page consacrée au rapport sur le site de l’IPS : Executive Excess 2013 : Bailed Out, Booted, and Busted.

Voir aussi, toujours en anglais, les commentaires du Guardian et de l’Inter Press Service