Sources : Greenpeace , Le Nouvel Observateur

Sûreté

Anomalies de fabrication : au moins 32 réacteurs nucléaires français présenteraient des risques

Selon un rapport d’expertise commissionné par Greenpeace suite aux révélations sur les défauts de la cuve de l’EPR de Flamanville, ce sont en réalité 32 réacteurs français qui présenteraient des équipements défectueux, qui risquent de ne pas résister en cas de surchauffe. Soit 44% de la capacité nucléaire française. Le rapport révèle également que la cuve de l’EPR de Flamanville ne dispose toujours pas de certificat de conformité délivré par l’ASN, en contravention avec les règles européennes. Et déplore le manque de transparence qui continue à régner à ce sujet dans le milieu nucléaire français, malgré l’ampleur des risques.

« Je n’ai jamais vu de problèmes aussi graves à une échelle nationale. » La confidence émane d’un homme qui en a pourtant vu d’autres, le Britannique John Large. Cet expert internationalement reconnu pour les questions de sécurité nucléaire a déjà été réquisitionné par le passé pour enquêter sur les sous-marins russes ou sur les survols des centrales françaises par des drones. Cette fois, c’est sur les cuves des réacteurs et générateurs de vapeur des centrales qu’il s’est penché pour le compte de l’ONG Greenpeace, et le résultat est, comme il le dit, « pas seulement inquiétant, mais franchement préoccupant ». (...)

À l’heure actuelle, au moins 32 réacteurs dans 14 centrales françaises sont concernés par ces anomalies, qui affectent les fonds et les calottes des cuves des réacteurs - c’est le cas, par exemple, à l’EPR de Flamanville, sur lequel John Large a longuement enquêté – mais aussi des générateurs de vapeur et des pressuriseurs. Et ces anomalies ne datent pas d’aujourd’hui.

Lire l’intégralité de l’article sur le site de L’Obs.

Voir aussi le résumé du rapport de John Large en français et le communiqué de presse de Greenpeace.

— 
Photo : B@rberousse CC