Santé publique

Comment des médecins et des citoyens ont fait fermer une centrale au charbon d’Engie en Italie

par Olivier Petitjean

En 2014, un juge italien ordonnait la fermeture administrative d’une centrale à charbon d’Engie à Savone, en Italie, en raison de ses conséquences dramatiques pour la santé et l’environnement, et de la négligence de l’entreprise gestionnaire. Une victoire sans précédent obtenue grâce à la mobilisation des citoyens et des médecins locaux. Le cas de Vado Ligure met aussi en lumière certaines interrogations persistantes sur l’avenir des centrales à charbon détenues par Engie et EDF à l’étranger, et sur les conséquences de leur désengagement annoncé.

C’est un exemple unique en Europe et sans doute au monde. Début 2014, un juge italien ordonnait la fermeture administrative préventive de deux unités au charbon de la centrale électrique Vado Ligure, détenue à 50% par Tirreno Power, une filiale du groupe français Engie [1]. Une décision motivée par « dommages significatifs pour la santé » et des « décès directement imputables à la présence de la centrale ». Dans le cadre de cette procédure, pas moins de 86 cadres de Tirreno Power et Engie ont été mis en examen [2]. Le procès doit avoir lieu dans les prochains mois. Entre-temps, les unités au charbon de la centrale restent fermées.

Pourquoi cette centrale en particulier ? Il existe certes en Italie des centrales à charbon plus vieilles et plus polluantes, mais celle-ci a la particularité d’être située au beau milieu d’une zone très densément habitée, à proximité de la ville de Savone en Ligurie, à quelques dizaines de kilomètres à peine de la frontière française. Avec des conséquences tangibles sur l’état de santé des populations environnantes. L’enquête mandatée par le procureur a même chiffré précisément le nombre de décès supplémentaires dus à la centrale : entre 427 et 627 entre 2000 et 2007. À quoi il faut ajouter plusieurs centaines d’enfants ayant contracté des pathologies respiratoires et plusieurs milliers d’adultes souffrant de maladies cardio-vasculaires.

Le charbon, ennemi numéro un du climat… et de la santé

Il a beaucoup été question ces derniers mois, avec la tenue de la Conférence climat à Paris, de la responsabilité du charbon dans le réchauffement des températures globales. Largement considéré comme « ennemi numéro un du climat », il serait responsable d’un tiers environ des émissions globales de gaz à effet de serre. De manière tout aussi dramatique, le charbon est aussi une source de pollution locale dont on commence à peine à mesurer les conséquences sanitaires et le coût pour la société. On estime à plusieurs dizaines de milliers le nombre de décès prématurés liés aux centrales électriques au charbon en Europe. Mais ces chiffres, ressassés depuis des années, ne se sont pas souvent traduit par des politiques actives de fermeture ou de modernisation des centrales.

La victoire obtenue à Vado Ligure est le résultat d’un combat initié il y a plusieurs dizaines d’années par une poignée de médecins et de citoyens. Suite aux alertes lancées par les milieux médicaux locaux, qui constataient des niveaux anormalement élevés de mortalité et d’hospitalisations dans la région, et à la mobilisation des citoyens multipliant les recours administratifs, le parquet de Savone a fini par se saisir du dossier. Il a fait réaliser une enquête sans précédent, qui a duré deux ans, sur les conséquences environnementales et sanitaires de la pollution émanant de la centrale de Vado Ligure, utilisant une méthodologie très rigoureuse développée par l’Union européenne. Cet effort unique en Europe doit beaucoup à la personnalité du procureur de Savone d’alors, qui a pris sa retraite à l’été 2015. Les autorités publiques, elles, se sont plutôt illustrées par leur inaction dans toute cette affaire.

Pour bien distinguer les impacts spécifiques de la centrale par rapport aux autres sources locales de pollution, l’étude mandatée par le Parquet ne portait que sur certains substances typiques du charbon (dioxyde de soufre, arsenic, plomb, sélénium, cadmium et antimoine). Dans son versant épidémiologique, elle s’est de même intéressée à certaines pathologies comme les maladies cardio-vasculaires ou respiratoires, en excluant les cancers, pour lesquels il est plus difficile d’identifier une causalité unique. Ce qui fait dire aux citoyens opposés à la centrale qu’en réalité, l’impact sanitaire de celle-ci est largement plus important que les chiffres avancés par le parquet.

Les dividendes avant les riverains et l’environnement

Ce bilan sanitaire et environnemental particulièrement lourd n’est pas seulement une conséquence inévitable de la combustion du charbon et de la localisation particulière de cette centrale au milieu d’une région densément peuplée. Il est aussi le résultat de choix de gestion par les entreprises concernées, et de l’absence d’investissement dans la mise aux normes de ces unités au charbon. Le décret de fermeture préventive accuse sans ambigüité les exploitants de la centrale : « L’attitude des entreprises qui se sont succédées à la gestion de la centrale de Vado Ligure [...] a été constamment et systématiquement caractérisée par le non-respect répété des règles ».

Dans les conclusions de leur enquête préliminaire, les procureurs italiens ont noté qu’au cours des années 2011 à 2013, Tirreno Power a généré une dette de plusieurs centaines de millions d’euros, ce qui ne l’a pas empêché de verser 300 millions d’euros à ses actionnaires – c’est-à-dire Engie, mais aussi indirectement l’État français – sous forme de dividendes. Le choix du charbon brûlé dans la centrale – du charbon à forte teneur en soufre, moins cher mais beaucoup plus polluant, importé de Colombie – témoigne lui selon les critiques de cette logique de recherche de profits au détriment de toute considération sanitaire ou environnementale.

Les centrales au charbon représentent environ 14% du mix électrique en Italie. En plus de cette centrale d’Engie, l’autre géant énergétique français, EDF, possède lui aussi des centrales à charbon dans la péninsule, par l’intermédiaire de sa filiale italienne Edison. Deux autres petites centrales à charbon sont implantées le long de la riviera ligure, à Gênes et La Spezia. À l’approche de la COP21, le premier ministre italien Matteo Renzi avait annoncé un objectif de sortie du charbon, mais sans mesures concrètes pour passer à l’acte.

Engie et les banques françaises confrontées à leurs engagements

Le collectif local des citoyens mobilisés contre la centrale était cette semaine à Paris pour rencontrer des représentants d’Engie, mais aussi des banques françaises (BNP Paribas, Société générale…) qui ont recapitalisé Tirreno Power, au bord de la faillite, au moment même où elles multipliaient les annonces sur leur désengagement du charbon (lire notre article). La situation de Vado Ligure témoigne donc à sa manière des interrogations qui persistent, quelques mois après la COP21, sur la réalité et les implications des annonces des grandes entreprises énergétiques et bancaires françaises sur le charbon.

À l’approche de la Conférence, Engie – une firme qui s’affiche désormais comme leader de la transition énergétique (lire notre article) – a promis la fin de ses investissements dans de nouvelles centrales au charbon – avec quelques incertitudes puisque l’entreprise a précisé que l’annonce ne concernait pas les projets sur lesquels elle s’était déjà engagée. Les citoyens de Savone attendaient d’Engie qu’elle s’engage fermement à ne pas rouvrir les unités du charbon de la centrale, quelle que soit la décision de justice, et qu’elle abandonne le projet de nouvelle unité au charbon pour laquelle elle a obtenu une autorisation administrative - ce qu’ils ont obtenu suite à une rencontre avec les représentants du groupe le 2 mars 2016. Ils souhaitent aussi qu’Engie renonce explicitement à y remplacer le charbon par des déchets (éventualité qui fait l’objet de rumeurs locales persistantes).

Dans une note publiée ce mercredi 2 mars, les Amis de la terre, Oxfam France et le Réseau action climat – qui avaient animé l’année dernière la campagne pour obtenir d’Engie et EDF leur retrait du charbon (lire nos articles ici et ), font le point sur les engagements obtenus et alertent sur les risques pour l’environnement comme pour les travailleurs qui seraient liés à une simple revente des centrales à des entreprises plus négligentes, plutôt qu’à une fermeture pure et simple. « L’impact [d’une simple revente] pourrait même être négatif [pour le climat] : afin d’obtenir des retours sur investissement suffisants, dans un contexte mondial de déclin du marché du charbon, les acquéreurs seraient poussés à maintenir les centrales en activité, peut-être plus longtemps encore que ne l’auraient fait les opérateurs français. »

Engie a annoncé un plan de cessions de 15 milliards d’euros ciblant principalement les secteurs fortement émetteurs de CO2 et ceux exposés au cours des matières premières (traduire : où les bénéfices ne sont pas garantis par les pouvoirs publics). À l’été 2016, l’entreprise va fermer purement et simplement sa centrale à charbon de Rugeley, en Grande-Bretagne, au motif que celle-ci n’est plus compétitive. Lors de la publication de ses comptes 2015, elle a annoncé la vente de ces centrales à charbon en Inde (à une firme indienne), en Indonésie (à un fonds qatari) ainsi que de ses actifs aux États-Unis, dont une centrale au charbon, à l’entreprise américaine Dynegy, qui a une longue histoire de scandales financiers et de litiges avec les autorités environnementales. Pour la centrale de Vado Ligure et d’autres du même type, comme celle de Hazelwood en Australie, il devrait être difficile pour Engie de s’en tirer à si bon compte.

Olivier Petitjean

Mise à jour : Cet article a été mis à jour le 2 mars à 17h pour inclure les engagements pris par Engie suite à leur rencontre avec des représentants du collectif citoyen de Savone.