Source : In these times

États-Unis

Comment lnternet et les réseaux sociaux ont permis de mobiliser les travailleurs de Walmart

Aux États-Unis, mobiliser les employés d’entreprises comme Walmart ou McDonalds pour la défense de leurs droits est un véritable défi, en raison de leur précarité et de la culture anti-syndicale entretenue par les directions. Malgré ces conditions difficiles, les campagnes de défense des droits des travailleurs de la grande distribution ou de la restauration rencontrent un succès croissant dans le pays. L’une de clés de ce succès est un usage innovant de l’internet et des réseaux sociaux pour compenser la faiblesse de leurs moyens et briser le carcan imposé par les firmes.

Le magazine américain In these times décrit en détail les méthodes employées par les militants des campagne « OUR Walmart » and « Making Change at Walmart ». Extraits.

Une grande partie des manifestations ciblant Walmart qui ont eu lieu l’année passée au moment du Black Friday [1] dans tous les États-Unis - leur nombre a été estimé à 1500 - ont été organisées en ligne, soit directement par la campagne OUR Walmart, soit en utilisant ses modèles et ses outils.

Cette mobilisation reposait largement sur une forme d’activisme numérique devenue commune ces dernières années : la création de pages Facebook spécifiques pour des événements, par exemple, ou le partage de liens sur des sites de campagne via twitter. Mais la campagne a aussi mis en oeuvre des initiatives autrement plus innovantes.

Dans le cadre de la préparation des actions pour le Black Friday de cette année, OUR Walmart a lancé AssociateVoices, un site web où les travailleurs de Walmart peuvent publier leurs propres articles à propos de leurs expériences au travail ou demander l’organisation d’une manifestation dans leur magasin, même s’ils ne sont pas eux-mêmes prêts à se mettre en grève. « L’idée est de donner une voix à la majorité silencieuse dans les magasins », explique le militant Jamie Way.

« Walmart développe constamment le même discours, selon lequel les manifestations ne sont le fait que d’un petit nombre d’employés grincheux, inspirés par les ONG et les syndicats. AssociateVoices a été spécifiquement conçu pour démontrer que les revendications ne sont pas fabriquées, qu’il s’agit de problèmes bien réels chez Walmart », déclare Raymond Suelzer, développeur web pour la campagne Making Change at Walmart et architecte d’AssociateVoices. [...]

Cependant, AssociateVoices n’est que l’initiative la plus récente de OUR Walmart pour connecter entre eux les travailleurs de Walmart. Selon Suelzer, cela fait trois ans que la campagne met à contribution à cette fin les réseaux sociaux. Des publicités ciblées sur Facebook permettent à OUR Walmart de diffuser des annonces destinées aux milliers d’usagers qui indiquent que leur employeur est Walmart. Ces annonces renvoient les travailleurs vers le site de OUR Walmart, où il peuvent rentrer en contact avec leurs pairs. Ensuite, poursuit Suelzer, ces discussions sur les problèmes au travail continuent hors ligne. [...]

Certains travailleurs, ayant pris connaissance du travail de mobilisation de OUR Walmart, notamment autour du Black Friday, se sont ensuite lancés d’eux-mêmes dans des grèves, parfois sans en avoir parlé tout d’abord avec des membres de la campagne. En 2012, OUR Walmart a publié un « kit de grève » en vue du Black Friday et l’automne dernier, cherchant à tirer davantage parti de ces initiatives spontanées, s’est efforcée de rendre davantage de militants disponibles pour aider les travailleurs qui voudraient passer à l’action.[...]

Pendant de OUR Walmart, la campagne « Making Change at Walmart » cherche à mobiliser des personnes qui ne sont pas des salariés de Walmart pour des actions de solidarité citoyenne avec les travailleurs de l’enseigne. Dès lors, la stratégie en ligne est différente. Twitter, un média qui se prête mieux à la diffusion qu’à la relation personnelle, s’avère plus utile. Il marche particulièrement bien lorsqu’un thème ou un slogan apparaît dans les « tendances » du site, ou pour inviter les soutiens à des actions réelles.[...]

Ici, l’ubiquité même de Walmart est un désavantage pour l’entreprise. Les gens qui voulaient exprimer leur soutien en manifestant contre l’enseigne avaient souvent une cible accessible dans leur quartier. Tout comme OUR Walmart avait son kit de grève pour les travailleurs, Making Change a collaboré avec le groupe militant Corporate Action Network pour créer une « manif prête à l’emploi », avec des instructions basiques et des panneaux que les gens pouvaient utiliser. Ils ont essayé de s’inspirer de mouvements comme Occupy ou la lutte contre l’oléoduc Keystone XL, qui permettent aux participants de concevoir leur propre forme d’action tout en maintenant des éléments communs. [...]

Lire l’intégralité de l’article (en anglais) sur le site de In these times.

— 
Photo : Making Change at Walmart