Source : Le Monde

Marché public

Eiffage et le centre hospitalier sud-francilien : échec d’un PPP emblématique

Le groupe de BTP Eiffage et les pouvoirs publics viennent de confirmer la résiliation du contrat de ’partenariat public privé’ du centre hospitalier sud-francilien, à Corbeil. L’un des plus importants contrats de ce type signé en France, il avait rapidement entraîné une accumulation de conflits et de litiges financiers. Le Monde revient sur l’histoire de ce PPP’ emblématique

Trente ans, c’est ce que devait durer la location. Finalement, à l’issue d’une période de transition de dix-huit mois, l’hôpital deviendra propriétaire dès 2015. « C’est une libération, on reprend notre destin en main », confie M. Toulouse [directeur de l’hôpital]. L’opération va coûter cher à l’établissement : environ 170 millions d’euros, selon l’hôpital, ce qui n’est pas confirmé par Eiffage, le groupe ne souhaitant pas s’exprimer publiquement.

Signé en 2006, le « sud-francilien » était le plus ambitieux des PPP hospitaliers, un nouveau système de financement des ouvrages publics promu ardemment par la droite. C’est aussi le premier à être rompu, mais ceux signés désormais sont plus modestes.

Une fois sélectionné, Eiffage avait réuni les 344 millions d’euros nécessaires à la construction en s’appuyant sur un pool de plusieurs banques. Mais à la livraison du chantier, le différend éclate. Compte tenu des modifications apportées au projet initial, le groupe de BTP réclame une rallonge de 100 millions. La direction, de son côté, recense 7 000 malfaçons. Surtout, elle prend la mesure du loyer qu’il faudra payer à Heveil, la filiale d’Eiffage qui s’occupe de l’opération : autour de 40 millions d’euros par an, une somme écrasante pour un hôpital déjà en déficit.

Lire l’intégralité de l’article sur le site du Monde.