Sport

Euro 2016 : quand Nike et Adidas fuient leur « responsabilité sociale » pour payer des salaires toujours plus bas

par Germain Lefebvre, Ivan du Roy

Combien d’ouvriers vietnamiens vaut Cristiano Ronaldo, sponsorisé par Nike ? Combien d’ouvriers chinois vaut l’équipe d’Allemagne, sponsorisée par Adidas ? L’Euro 2016 s’accompagne de son déluge de dépenses publicitaires et de sponsoring de la part des grandes marques d’habillement sportif. Basta ! et Alternatives économiques se sont intéressés à ce qui se passe à l’autre bout de la chaîne, du côté des ouvriers qui confectionnent chaussures et maillots pour joueurs et supporters. Malgré les grandes déclarations sur leur « responsabilité sociale », les grandes marques sont plus que jamais engagées dans une course perpétuelle au moins disant social. Ils quittent désormais la Chine — où le salaire moyen connaît une certaine progression — pour des contrées où le « coût du travail » est encore plus faible.

Quel est le point commun entre Cristiano Ronaldo, star du Real Madrid et de la sélection nationale portugaise qui dispute l’Euro 2016 en France, et un ouvrier d’une usine textile vietnamienne ? Une marque : Nike. Le premier bénéficie d’un contrat de sponsoring avoisinant les 25 millions d’euros annuels pour arborer chaussures et maillots estampillés du célèbre logo. Le second les confectionne pour environ 170 euros mensuels [1], un revenu très inférieur au « salaire vital » nécessaire à la satisfaction des besoins fondamentaux – logement, énergie, eau potable, alimentation, habillement, santé, éducation… – d’une famille vietnamienne.

Sélectionnez un onglet en bas – équipe nationale (France, Allemagne, Espagne, Italie), un club (Manchester United, Bayern de Munich, FC Barcelone, Paris Saint-Germain) ou un joueur (Lionel Messi, Paul Pogba, Cristiano Ronaldo) – puis faites défiler grâce à la flèche pour voir combien d’ouvriers pourraient être payés avec le montant du contrat de sponsoring versé par Nike, Adidas ou Puma (source : Basic).

Le déséquilibre est gigantesque : le contrat de sponsoring que Nike a conclu avec Cristiano Ronaldo pourrait permettre à 19 500 ouvriers vietnamiens travaillant dans les usines sous-traitantes de Nike d’être rémunérés pendant un an au salaire vital, tel qu’estimé par une alliance de syndicats et d’organisations non gouvernementales asiatiques, l’Asian Floor Wage [2]. « Ces chiffres choquants illustrent le modèle des grands équipementiers sportifs : une surenchère dans la communication marketing et dans la recherche de rentabilité pour les actionnaires, sans que les travailleurs qui contribuent à leur croissance en bénéficient réellement », commente Nayla Ajaltouni, du Collectif éthique sur l’étiquette qui œuvre en faveur des droits humains au travail et rassemble plusieurs associations de solidarité internationale et des syndicats.

Explosion des dividendes et des dépenses marketing

C’est tout le paradoxe de l’industrie des équipementiers sportifs, incarnés par ses principaux acteurs, Nike, Adidas et Puma, qui pèsent ensemble plus de 70 % du marché mondial des chaussures et de vêtements de sports. Leurs dépenses de marketing et de sponsoring, ainsi que leurs dividendes, connaissent une inflation galopante, pendant que celles consacrées aux salaires versés par leurs sous traitants en Asie, principalement en Chine, au Vietnam et en Indonésie, demeurent désespérément stables à des niveaux très bas. En une décennie, les dividendes versés aux actionnaires de Nike ont bondi de 135 %, approchant les trois milliards d’euros en 2015. Ceux d’Adidas ont grimpé de 66 % à plus de 600 millions d’euros l’an dernier.

Le Collectif éthique sur l’étiquette a réalisé une estimation : sur cent euros dépensés par un consommateur pour une paire de chaussures Nike, seulement deux euros reviennent à l’ouvrier qui l’a confectionné. Sur 85 euros déboursés pour un maillot Adidas, cette proportion est encore moindre : le salaire des sous traitants ne représente que 60 centimes environ. Par comparaison, les bénéfices réalisées par les marques avoisinent les 25 euros. La part consacrée aux salaires des ouvriers sous-traitants est même inférieure à celle dédiée au budget de sponsoring et de marketing, entre 3 et 4 euros par produit. Comme leurs dividendes, le budget de sponsoring a lui aussi considérablement augmenté.


Répartition du coût pour le consommateur d’une chaussure Nike Air Jordan : le salaire de l’ouvrier représente seulement 2,4 euros (source : Basic).

Pour les ouvriers, maintenir les salaires au plus bas

Les dépenses de sponsoring au profit des dix principaux clubs européens de football (Manchester, Barcelone ou Milan pour Nike, Real, Bayern ou Chelsea pour Adidas…) représentaient à elles seules 400 millions d’euros en 2015, en hausse d’un tiers depuis 2013. Cette disproportion est connue. Ce qui l’est moins, c’est la volonté de ces marques de la maintenir malgré leurs déclarations vantant leur responsabilité sociale. Leur recherche incessante du coût d’achat le plus faible continue d’entraver les hausses de salaires dont pourraient bénéficier celles et ceux qui fabriquent baskets et maillots.

Adidas fait travailler environ 400 000 salariés en Chine, au Vietnam et en Indonésie. Dans un document sur ses « pratiques responsables », l’équipementier allemand « reconnaît l’importance de respecter et de promouvoir les droits humains dans leur globalité. Nous sommes convaincus que le secteur privé peut jouer un rôle constructif dans la poursuite de ces objectifs ». « Les préoccupations salariales des travailleurs continuent de figurer parmi les objectifs prioritaires identifiés lors de nos audits au sein des usines. Nous pensons que c’est un objectif important et nous avons passé plusieurs années à étudier les rémunérations que les travailleurs perçoivent dans les usines sous-traitantes », assure également Nike.

« Audits » et effets d’annonce

Certes, les scandales les plus visibles qui entachaient l’industrie des équipements sportifs semblent en partie révolus. Nike avait été la première multinationale textile à avoir été mise à l’index, il y a vingt ans, suite à un reportage photo montrant des enfants pakistanais, accroupis à même le sol, en train de coudre des ballons de football pour son compte. Adidas comme Nike ont encore été accusés, au début des années 2000, de recourir à des sous-traitants indonésiens qui employaient des enfants travaillant 15 heures par jour, pour un salaire inférieur à 50 euros par mois [3]. Depuis, les deux grandes marques ont multiplié audits et indicateurs sociaux.

En 2011, six grandes marques internationales dont Nike, Adidas et Puma avaient signé un accord avec le patronat et les syndicats indonésiens pour garantir la liberté syndicale dans les usines de leurs sous traitants indonésiens. En 2013, suite à une campagne internationale, Adidas avait accepté de participer à l’indemnisation de 2800 travailleurs indonésiens mis brutalement à la porte d’une usine sous-traitante, après la fuite de son propriétaire. En 2014, plusieurs grandes marques textiles, dont Nike, Adidas et Puma, ont aussi demandé au gouvernement cambodgien de respecter les droits des ouvrières en lutte pour un salaire minimum.

Le salaire chinois ? Trop cher !

Ces multinationales disent publiquement depuis quelques années vouloir établir des « partenariats de long terme » avec leurs sous-traitants. Mais la pression croissante des dépenses de marketing et de sponsoring et leur perpétuelle quête du moindre prix d’achat rendent ces bonnes intentions largement caduques. C’est ce que montre l’étude réalisée pour le Collectif éthique sur l’étiquette par le bureau d’études indépendant Basic (Bureau d’analyse sociétale pour une information citoyenne).

L’attitude de ces multinationales vis-à-vis de leurs fournisseurs chinois en est l’illustration flagrante. En dix ans, le salaire annuel moyen chinois a été multiplié par 2,5 et le salaire minimum par trois. C’est le seul pays d’Asie où le salaire moyen se rapproche enfin du salaire vital, tel que calculé par la société civile asiatique. Au vu des principes de responsabilité sociale qu’elles affichent, les multinationales des équipements sportifs devraient se réjouir d’une telle évolution. Or, bien au contraire, elles la déplorent vivement. Dans un document interne dont le Basic a eu connaissance, Adidas s’inquiète de « la fin de la Chine à bas coût ». Tandis que chez Nike, une étude interne estime que les augmentations des salaires en Chine constituent « une menace » pour la « durabilité de la valeur ajoutée ».

Bienvenue au Vietnam et en Indonésie

Cette « durabilité de la valeur ajoutée », donc des bas salaires chez les sous traitants, les deux géants du textile vont la chercher ailleurs en Asie, principalement au Vietnam et dans une moindre mesure en Indonésie et au Cambodge. Ces pays sont pourtant mal notés par l’Organisation internationale du travail. Près de neuf usines vietnamiennes sur dix ne respectent pas, par exemple, la législation du pays sur les congés payés, selon les données 2015 de l’OIT. Et près d’une usine indonésienne sur trois ne rémunère pas tous ses ouvriers au salaire minimum local, fixé à 80 euros mensuels. Dans les deux tiers d’entre elles, la durée légale de travail est régulièrement dépassée. Le salaire moyen y est très inférieur au salaire décent : En Indonésie, 102 euros contre 209 euros ; Au Vietnam, 174 euros contre 247 euros. En Chine au contraire, les presque 400 euros de salaire moyen se rapprochent davantage des 460 euros du salaire vital.

C’est pourtant ce pays qu’Adidas et Nike veulent désormais quitter. D’ici 2020, la part des tee-shirts Adidas fabriqué en Chine devrait tomber de 33% à 12%, au profit principalement du Vietnam, du Cambodge et de l’Indonésie, selon un document interne de la marque dont le Basic a eu connaissance. Celle des chaussures diminuera de 23% à 15%, toujours au profit du Vietnam, de l’Indonésie ou encore de l’ancienne dictature birmane. Parmi les critères que privilégie Nike pour choisir un pays fournisseur, un salaire minimum « plus bas qu’en Chine » figure tout en haut de la liste. « Maintenant que des progrès ont été accomplis en Chine en matière de revenus et de conditions sociales, ces marques leur disent : c’est trop cher, nous allons ailleurs », commente Laurent Maeder, auditeur d’un bureau de conseil suisse pour la filière textile.

Course perpétuelle au moins-disant social

Pour Nayla Ajaltouni, du collectif Éthique sur l’étiquette, « Nike et Adidas ont développé avant les autres une politique de responsabilité sociale parce qu’elles ont été les premières sur la sellette. Ces firmes ont cherché à minimiser les risques en termes d’image, en faisant preuve de davantage de transparence dans leurs chaînes de production. Mais les évolutions récentes montrent les limites étroites de cette évolution : au vu de leurs marges, ces marques auraient parfaitement les moyens d’acheter des produits fabriqués dans de bonnes conditions sociales mais elles continuent au contraire à préférer la course au moins disant social. »

Cela résulte aussi de l’inflation non maîtrisée des dépenses de publicité et de sponsoring des équipementiers sportifs. Les 400 millions d’euros de contrats de sponsoring signés avec les dix principaux clubs européens en 2015 pourraient ainsi permettre à 160 000 travailleurs indonésiens de vivre décemment en touchant un salaire vital. Ces multinationales disposent aussi d’outils de management très précis pour suivre au centime près le coût de fabrication d’une chaussure, de la semelle au lacet en passant par le salaire des ouvriers et la marge du sous-traitant. « Il s’agit d’un outil de négociation et d’optimisation des coûts qui prouve leur capacité à maîtriser toute la chaîne d’approvisionnement. Rien ne les empêcherait de l’utiliser pour estimer le prix de revient correspondant à un salaire décent. Jusqu’à preuve du contraire, elles ne le font pas », commente Christophe Alliot, du Basic. Nous avons sollicité Nike et Adidas pour qu’elles puissent expliquer leurs choix ; les deux firmes n’ont pas souhaité répondre favorablement à notre demande d’entretien.

Ors et paillettes en vitrine, obscurité dans l’arrière-boutique

Au-delà des questions de rémunération, se posent également celles des conditions de travail chez les sous-traitants et en particulier celle de leur exposition aux produits chimiques. « Certaines performances, dans les chaussures notamment, sont obtenues grâce à des produits qui ont des effets négatifs sur la santé », alerte Laurent Maeder. Teintures résistantes au soleil, perfluorocarbures (PFC) pour l’imperméabilité, ions d’argent comme anti-bactériens, substances anti-moustiques… La présence de ces produits chimiques dans plusieurs chaussures de sport conçues par Adidas et Nike avait été détectée par Greenpeace au moment de la Coupe du monde de 2014 [4].

Les deux groupes ont adhéré par la suite au programme « Blue Sign » censé bannir tout produit toxique de leurs chaînes d’approvisionnement. « Mais sur les millions de pièces qu’ils produisent, quelle est la partie sous-traitée qui échappe à cette certification ? », interroge l’auditeur suisse. « Ils atteignent une telle taille avec de tels volumes, que cela devient difficile de vérifier 100% de la production. » Vingt ans après les premiers scandales qui ont éclaboussé Nike, l’industrie des équipements sportifs peine toujours à rompre avec un modèle qui privilégie les paillettes de la publicité et du sponsoring aux dépens des salaires et des conditions de travail des sous-traitants… Le ballon officiel de l’Euro 2016 que l’UEFA a commandé à Adidas sera, lui, fabriqué au Pakistan, comme lors de la dernière Coupe du monde...

Ivan du Roy

Infographies : Germain Lefebvre

- Ce dossier a été réalisé en collaboration avec la rédaction du mensuel Alternatives économiques dans le cadre d’un projet commun de développement du journalisme d’investigation économique et social soutenu par la Fondation Charles Leopold Mayer. Le dossier complet est également publié dans le numéro de juin d’Alternatives économiques, disponible en kiosque.

- Le site du Collectif de l’éthique de l’étiquette

[1Selon l’Organisation internationale du travail, le salaire moyen de l’industrie textile au Vietnam est de 174 euros mensuels.

[2Le salaire estimé par l’Asian Floor Wage en 2009 correspond au revenu nécessaire à un travailleur(se) :
- Pour couvrir les besoins essentiels d’une famille constituée de 4 personnes (2 adultes et 2 enfants),
- Il est calculé sur la base du coût d’un panier de biens alimentaires (sur la base de 3000 calories par jours pour un adulte) et non alimentaires (logement, santé, éducation, transports…)
- Il est estimé sur la base d’une durée hebdomadaire de travail maximum de 48 heures.

[3Lire cet article du Guardian, en anglais.

[4Voir le rapport de Greenpeace (en anglais).