Source : Equal Times

« McStrike »

Fast-foods : une grève mondiale pour de meilleurs salaires

Le mouvement des travailleurs des fast-foods pour de meilleurs salaires aux États-Unis a pris une dimension mondiale. Le 15 mai dernier, une journée mondiale de grève et d’actions devant les restaurants était organisée, touchant 150 villes américaines et 33 pays, sur les six continents. Parmi les principales enseignes ciblées, McDonald’s bien sûr, mais aussi Burger King, Wendy’s et KFC. Partout, les mêmes revendications : des salaires décents et le respect des droits et de la dignité des travailleurs.

Aux États-Unis, où la campagne pour de meilleurs salaires pour les employés de fast-foods a commencé en 2012, les travailleurs se mettront en grève dans 130 villes à travers le pays. Les employés réclament un salaire de 15 USD (approximativement 10,90 euros) de l’heure et le droit de former un syndicat à l’abri de toutes représailles.

Inspirés par ce mouvement, les travailleurs d’autres pays organiseront des manifestations simultanées pour demander des augmentations salariales et la fin des « pratiques abusives en matière d’emploi ». « Indépendamment d’où ils vivent, les travailleurs des fast-foods veulent un salaire équitable et des droits au travail », affirme Frances Cabrera, une employée de McDonald’s qui se prépare à faire grève en Argentine.

Lire la suite de l’article sur le site d’Equal Times [1].

La campagne est notamment animée par la confédération syndicale de l’alimentation et de l’hôtellerie-restauration (UITA) et la confédération nord-américaine des employés de service (Service Employees International Union). Des actions ont eu lieu en Italie, au Danemark, en Allemagne et au Royaume-Uni (mais pas en France).