Soutenir l’Observatoire !

L’Observatoire des multinationales publiera bientôt son « bilan annuel » des grandes entreprises françaises. Dérèglement climatique, conditions de travail, lobbying, inégalités : il y sera question de tout ce que les entreprises font mais ne disent pas. Si nous pouvons mener un tel projet à bien, c’est grâce à votre soutien financier.

Source : Le Monde

Discriminations

« Féminisme-washing » : derrière les beaux discours des entreprises sur l’égalité

Des entreprises comme Axa ou la SNCF font beaucoup de bruit sur leur engagement en faveur des femmes et de l’égalité des genres, sans que la réalité suive forcément. Une déconnexion que l’on retrouve dans le domaine de l’égalité des genres comme dans beaucoup d’autres.

De plus en plus d’entreprises revendiquent haut et fort leur mobilisation pour l’égalité entre hommes et femmes. Engagement véritable ou simple opportunisme marketing ? Le Monde se penche sur la question à travers deux cas emblématiques, la SNCF et Axa :

Prompte à communiquer sur ses actions en faveur de l’égalité et de la mixité, [la SNCF] affiche notamment son réseau de femmes, « SNCF au féminin », et organise depuis six ans un « Girls’day : journée de la mixité » pour faire découvrir aux jeunes filles ses métiers, « en particulier ceux dits “masculins” ». En 2016, elle s’était également targuée, dans une publicité, de ne pratiquer un écart salarial « que » de 4 % entre les hommes et les femmes – un chiffre contesté par les syndicats –, soit un pourcentage « plus faible que la moyenne » des entreprises françaises, situé autour de 20 %.

En interne, pourtant, ce volontarisme « ne se traduit pas concrètement pour les salariés », affirme Maryse Thaëron, chargée des questions égalité et mixité à la CGT des cheminots : « La SNCF dit être soucieuse d’égalité parce que c’est un créneau porteur, mais c’est un moyen de se donner bonne conscience. » En dix ans, le nombre de femmes dans l’entreprise n’est ainsi passé que de 16 % à 20 %. « A ce rythme-là, il nous faudrait au moins soixante-quinze ans pour atteindre la mixité ! », relève la responsable syndicale. La SNCF ne compte également qu’une femme dans le comité de direction, son centre névralgique, sur treize membres. Autre signe des incohérences entre ce qu’affiche la SNCF et la réalité : elle s’était fait retoquer son accord sur l’égalité professionnelle (imposé par la loi) par l’inspection du travail fin 2015, faute d’objectifs chiffrés et d’indicateurs suffisants pour mesurer les différences entre hommes et femmes.

Lire l’intégralité de l’article sur le site du Monde (abonnement).

C’est notamment en interrogeant les représentants syndicaux que l’on peut se faire une image plus véridique de la réalité des entreprises. Les politiques d’égalité entre hommes et femmes restant gouvernées par une logique de communication, plutôt que vers une réelle transformation des entreprises et des rapports de pouvoir qu’elles cristallisent, leurs effets concrets restent souvent minimes. Dans le cas d’Axa, ces carences se doublent d’une motivation purement commerciale : séduire davantage de clientes.

Couronnée par le label Egalité, Axa connaît pourtant elle aussi des disparités notables en interne. L’entreprise, qui emploie 54,55 % de femmes, ne compte ainsi que 35 % de cadres dirigeantes, son comité exécutif n’a que deux femmes sur huit membres et les dirigeants des milliers d’agences Axa réparties sur le territoire ne comptent que 16 % de femmes. La politique de recrutement est elle aussi en défaveur du sexe féminin, puisqu’il représente seulement 42,9 % des recrutements en CDI mais 62,8 % des embauches en CDD. « Pour être pris en CDI, mieux vaut être un homme », constate Nadine Garcia, déléguée syndicale CGT à Axa. Elle conteste également le calcul de la direction sur l’écart de salaire, annoncé à « moins de 3 % » alors qu’elle le chiffre de son côté à 25 %. (...)

Les femmes représentent aussi un marché en soi. Le groupe d’assurances Axa a ainsi chiffré ses objectifs : « Nous voulons passer de 39 % de clientes actuellement à 50 % d’ici à 2020 », avance Diane Deperrois, directrice des ressources humaines d’Axa France. Pour attirer les femmes, la société a lancé en décembre une campagne de publicité avec des offres les visant spécifiquement. Une première. Mais la démarche a eu ses ratés. En témoigne ce tweet sponsorisé de l’entreprise, qui visait à valoriser les femmes mais dont le slogan, sexiste, affirmait qu’« une femme ira sans doute moins vite, mais plus loin ». Épinglé, Axa a reconnu une formule « caricaturale » et modifié le message.

OP