Pollution pétrolière

Flagrant délit : comment Chevron a tenté de dissimuler ses forfaits en Équateur

par Olivier Petitjean

Nouveau rebondissement dans le conflit entre Chevron et les communautés équatoriennes qui veulent mettre la multinationale pétrolière face à ses responsabilités pour la pollution dramatique qu’elle a causée dans leurs territoires. Un enregistrement vidéo transmis clandestinement aux défenseurs des victimes montre des employés de Chevron occupés à effacer les traces de cette pollution, en cherchant - en vain - des échantillons de sols « propres » à présenter à la justice.

Un « revolver encore fumant » : c’est ainsi que l’ONG américaine Amazon Watch décrit les images vidéo qui lui ont été transmises par un lanceur d’alerte, apparemment un employé de Chevron. Sur cet enregistrement, on voit des agents du géant pétrolier américain chercher, en vain, à récolter des échantillons de sols « propres » - c’est-à-dire ne présentant pas de traces de pollution pétrolière - en vue du procès qui leur était intenté par les victimes devant la justice équatorienne.

Amazon Watch a rendu public un extrait de cette vidéo, désormais sous-titré en français :

La stratégie suivie alors par l’entreprise était de dénier la réalité de la pollution et ses impacts sanitaires pour les populations locales, en prétendant avoir nettoyé tout ce qui devait l’être. Chevron a finalement été condamnée en 2012 à verser 9,5 milliards de dollars aux communautés, au titre de la réhabilitation de leurs territoires. Le géant pétrolier refuse d’appliquer la sentence, et les deux parties sont engagées depuis dans une bataille juridique simultanée dans plusieurs pays, et même devant la Cour pénale internationale.

Sur cette affaire, lire notre entretien avec Eduardo Toledo, l’un des avocats des communautés équatoriennes. Une Journée mondiale anti-Chevron est prévue le 21 mai prochain.

Olivier Petitjean

— 
Photo : Caroline Bennett / Rainforest Action Network