Source : Fern

Agriculture industrielle

L’Europe importe massivement des produits issus de la déforestation illégale

par Olivier Petitjean

L’agriculture industrielle est la principale cause de la déforestation dans le monde. Une proportion significative de cette déforestation a lieu en toute illégalité. Mais rien n’est fait pour limiter le commerce des matières premières agricoles issues de cette déforestation illégale. Selon un nouveau rapport de l’ONG Fern, c’est l’Union européenne qui est la plus grosse importatrice mondiale de produits liés à la déforestation illégale, loin devant la Chine et les États-Unis. La France est particulièrement montrée du doigt, en raison de ses importations de soja pour l’élevage industriel.

Selon les données établies par Fern, une ONG spécialisée dans la lutte contre la déforestation et la défense des peuples des forêts, l’Union européenne importe chaque année « l’équivalent de six milliards d’euros de soja, de boeuf, de cuir et d’huile de palme issus de cultures ou d’élevages pratiqués sur des terres déboisées illégalement dans des zones tropicales », soit « 25% du soja, 18% de l’huile de palme, 15% de la viande bovine et 31% du cuir vendus sur le marché international et provenant de la destruction illégale des forêts tropicales ».

Le rapport considère un produit agricole comme teinté d’illégalité, soit parce que les entreprises productrices ont défriché sans permis ou dans des sommes théoriquement protégées, soit parce qu’elles ne respectent pas les conditions d’exploitation qui leur sont imposées par les pouvoirs publics (limites au déboisement, compensation des communautés, etc.). Le Brésil (60%) et l’Indonésie (25%) sont de loin les deux principales sources des importations européennes de produits de ce type.

Le rapport complet de Fern est disponible ici.

L’agriculture industrielle, principale menace pour les forêts

Les principaux importateurs européens sont les Pays-Bas (mais les produits sont ensuite souvent réexportés), l’Allemagne, l’Italie, le Royaume-Uni et la France. Ces cinq pays « importent 75% et consomment 63% des produits entachés d’illégalité affluant vers l’UE ». La France est concernée en tant qu’importatrice de soja pour ses élevages industriels de porcs et de volaille. Elle est le plus important importateur européen de soja et, à ce titre, l’agrobusiness français a une responsabilité directe dans les progrès de la déforestation au Brésil.

Ce rapport ne porte que sur les importations directes de ces quatre matières premières (huile de palme, soja, boeuf et cuir), auxquelles il faut ajouter les importations indirectes, via des produits transformés. (Lire aussi à ce propos La majorité des produits vendus en supermarché liés à la déforestation illégale, qui rend compte d’une précédente étude du même auteur, Richard Lawson.)

Fern doit publier à la fin du mois de mars un ensemble de propositions à destination des dirigeants européens pour lutter contre la déforestation illégale à travers une transformation des politiques commerciales de l’Union. Ces politiques pourraient se baser sur le modèle des dispositifs de traçabilité et de license mis en place pour lutter contre les importations de bois illégaux.

« La principale menace qui pèse sur les forêts est en train de changer progressivement. La principale menace aujourd’hui, c’est l’agriculture commerciale, explique Richard Lawson. Ce dont nous avons besoin, c’est de répliquer certains des efforts qui ont été faits en matière de bois illégaux et les appliquer aux matières premières agricoles. »

Olivier Petitjean

— 
Photo : CIFOR CC