Source : Mediapart

Lobbying

L’industrie du tabac au coeur du Parlement européen

Au cour de l’année écoulée, le Parlement européen a été secoué par une série de révélations sur les stratégies de lobbying de l’industrie du tabac et les relations étroites que celle-ci a nouées avec certains fonctionnaires et hommes politiques à Bruxelles. Mediapart se penche sur le cas de la firme de lobbying Europtimum, très proche du petit monde des eurodéputés conservateurs, et dont Philip Morris est l’un des principaux clients. Une parfaite illustration de la « porosité assumée » entre intérêts économiques et politiques qui caractérise une bonne partie du travail législatif européen.

Mediapart a eu accès à des documents et recueilli des témoignages dévoilant le travail de la seule société de lobbying ayant déclaré Philip Morris International (PMI) parmi ses clients : Europtimum. Dirigée par un Français, Édouard Debra, et basée à Strasbourg, cette entreprise compte parmi ses clients, outre PMI, SWM, leader mondial du papier à rouler et du tabac reconstitué, le groupe de luxe LVMH, celui de grande distribution Carrefour, l’Adami ou encore l’équipementier Schneider Electric. Les dirigeants d’Europtimum sont par ailleurs propriétaires d’une autre société de lobbying européen, KDC Conseil, aux activités similaires et comptant parmi ses clients, notamment, le groupe de communication Vivendi et l’opérateur téléphonique SFR.

Premier constat : Europtimum est une entreprise florissante, avec un chiffre d’affaires passé de 371 550 euros en 2010 à 611 700 en 2011 et à 697 169 en 2012, soit un quasi-doublement en deux ans. Elle est également, selon de nombreux documents que Mediapart a pu consulter, une parfaite illustration des mécanismes du lobbying au sein du parlement européen.

Lire l’intégralité de l’article sur le site de Mediapart (abonnement).