Source : Orient XXI

Automobile

La nouvelle usine Renault d’Oran et les calamités du « tout-auto » en Algérie

Le constructeur automobile français Renault vient d’inaugurer en grande pompe une nouvelle usine à Oran, codétenue avec l’État algérien. On a beaucoup parlé, à cette occasion, de délocalisation et d’ouverture vers les marchés « émergents ». Mais du côté algérien, cette implantation s’inscrit dans un contexte où le choix politique du « tout-auto » ne cesse de démontrer ses inconvénients sociaux, économiques et environnementaux.

L’Algérie connaît une fringale automobile sans équivalent en Afrique. Un demi-million de véhicules particuliers sont achetés, bon an mal an, surtout par des particuliers qui auraient peut-être préféré emprunter les transports en commun mais qui n’ont pas le choix. Le « tout-auto » se révèle à l’usage coûteux en devises, catastrophique pour l’environnement et mortel chaque année pour près de 4 500 automobilistes. La nouvelle usine Renault d’Oran n’y changera pas grand chose. (...)

Ce projet, officiellement présenté comme le symbole de la réconciliation algéro-française amorcera-t-il la ré-industrialisation en Algérie ? En particulier en suscitant la constitution d’un réseau de sous-traitants de l’usine oranaise de Renault ? Pour l’instant, seuls deux sous-traitants locaux ont été agréés par le constructeur français qui en a recalé une centaine d’autres ne répondant pas à ses standards de qualité. L’accord avec Renault contient une clause d’exclusivité de 3 ans à son profit.

Lire l’intégralité de l’article sur le site d’Orient XXI