Source : Equal Times

Ouverture aux capitaux étrangers

Le Myanmar, nouvel eldorado de la main d’oeuvre à bas coût en Asie ?

Le Myanmar, en pleine « ouverture » aux capitaux internationaux, serait-il en train de devenir la nouvelle destination de choix pour l’implantation d’usines textiles ou de biens de consommation, en raison du faible niveau des salaires dans le pays ? Le cas d’une usine textile fermée sans avertissement par ses propriétaires coréens illustre les risques sociaux de cette course aux investissements étrangers. À l’heure où les multinationales occidentales se précipitent à leur tour pour investir dans le pays, l’intégration du Myanmar dans l’économie globalisée sera-t-elle synonyme de progrès social, ou se fera-t-elle au détriment des travailleurs et de leurs droits ?

Le magazine en ligne Equal Times revient sur l’affaire de la fermeture de l’usine textile Master Sports, située dans une zone industrielle de Rangoun (Yangon), en la replaçant dans le contexte de l’explosion des investissements étrangers au Myanmar :

Depuis sa transition démocratique partielle en 2011, le Myanmar a assisté à une croissance vertigineuse de l’investissement direct étranger (IDE) [...]. Les entreprises multinationales déjà actives au Myanmar incluent Coca Cola, DuPont et Procter & Gamble.Colgate-Palmolive prévoit d’y ouvrir une usine prochainement.

L’industrie de l’habillement figurerait, cependant, parmi les principaux bénéficiaires de l’IDE s’il faut en croire la Commission de l’industrie du Myanmar et ses prévisions records de 4 milliards USD d’investissements pour le secteur cette année.

Bang [homme d’affaires coréen, propriétaire de l’usine Master Sports] était parmi les nombreux investisseurs étrangers appâtés par la main-d’œuvre à bas coût du Myanmar. D’après Jeong Hae-un, qui s’est présenté comme le directeur en charge de l’import-export chez Master Sports, Bang produisait autrefois à Qingdao, en Chine, mais a décidé de fermer l’usine chinoise « dû à l’augmentation du coût de la main-d’œuvre et de la production ». Sur trois candidats possibles [pour la délocalisation], le choix s’est porté sur le Myanmar. »

Lire l’intégralité de l’article sur le site d’Equal Times

— 
Photo : Organisation internationale du travail CC