Source : Agence France Presse (AFP)

Environnement

Le paysan slovène qui a fait fermer une cimenterie polluante de Lafarge

Uroš Macerl, paysan bio slovène, est l’un des lauréats du prix Goldman 2017, décerné chaque année à des défenseurs de l’environnement. Ce prix vient récompenser sa lutte contre une cimenterie de Lafarge et la pollution massive engendrée par celle-ci. Lorsque le groupe français a voulu brûler des pneus usagés et d’autres déchets dans ses fourneaux, Uroš Macerl et l’association Eko krog ont déclenché une bataille juridique finalement victorieuse. Portrait par l’AFP.

Après l’arrivée de Lafarge dans la vallée, Uros Macerl, éleveur de brebis et de moutons, est confronté aux fausses couches régulières de ses bêtes. Ses interventions auprès des responsables de la cimenterie pour leur exposer "la situation intenable sur les collines" restent sans effet. Avec le collectif de défense de l’environnement Eco-Krog, l’agriculteur commence à rassembler des mesures de pollution de l’air qui révèlent également que l’usine outrepasse les volumes de production autorisés. Les autorités locales font aussi la sourde oreille car Lafarge à l’époque "fournit de l’emploi, sponsorise les clubs de sport, investit dans les hôpitaux et les infrastructures", décrit le militant.

En 2009, Uros Macerl découvre qu’il a une autre carte à jouer : la cimenterie a déposé une demande de permis d’incinérer des plastiques et des pneus, or une parcelle de ses terres tombe dans le périmètre concerné par le permis, lui ouvrant le droit d’agir en justice. S’ensuivent des années de procédures en Slovénie et à Bruxelles, jusqu’à ce que la sanction tombe en février 2015 : la Commission européenne renvoie la Slovénie devant la justice de l’UE car l’usine fonctionne dans des conditions qui "mettent potentiellement en danger la santé des citoyens". Dans la foulée, le gouvernement slovène ordonne en mars 2015 à Lafarge de cesser la production de ciment à Trbovlje.

Lire l’intégralité du portrait réalisé par l’AFP (qui pose aussi les questions des suites de la fermeture de la cimenterie) sur le site de BFM.

— 
Photo : Zero Waste Europe