Source : franceinfo :

Santé

Le règne de Boiron sur l’homéopathie en France

Le secteur de l’homéopathie est très largement dominé, en France, par le laboratoire Boiron. Un laboratoire qui déploie, dans son pré carré, les mêmes méthodes d’influence et de lobbying que n’importe lequel des géants mondiaux de la pharmacie.

L’homéopathie reste une niche. De son propre aveu, Boiron n’avait, en 2016, qu’"une part de marché inférieure à 0,1% du marché mondial de la pharmacie". La société a ainsi enregistré un chiffre d’affaires de 618 millions d’euros l’an dernier, dont 378 millions en France. A titre de comparaison, le Français Sanofi a atteint 33,8 milliards d’euros, dont 2,1 milliards dans l’Hexagone. Mais Boiron profite d’une situation de quasi-monopole sur le marché français de l’homéopathie.

Fruit de la fusion des trois laboratoires des frères Henri et Jean Boiron en 1966, le laboratoire est devenu, dès sa naissance, le leader mondial du secteur. Il a conforté sa domination en avalant progressivement ses concurrents français, dont LHF en 1988, Dolisos en 2005 et Ferrier en 2017. Ses derniers rivaux dans le pays, Lehning et Weleda, doivent se contenter des miettes.

"C’est plus qu’un monopole, c’est une identification totale à l’homéopathie : Boiron c’est l’homéopathie, et l’homéopathie c’est Boiron", souligne le pharmaco-épidémiologiste Bernard Bégaud, ancien directeur de l’école doctorale Société, Politique, Santé Publique à l’université Bordeaux-2. Les professionnels de santé ont appris à s’accommoder de cette situation, très peu critiquée dans le milieu. "Boiron, c’est comme Google : on n’y peut rien", illustre une gynécologue homéopathe à Paris.

Lire l’intégralité de l’enquête sur le site de franceinfo :

À lire aussi :
- Lumière sur les liens financiers entre professionnels de la santé et labos pharmaceutiques
- Comment des laboratoires pharmaceutiques rémunèrent des médecins pour des études scientifiquement contestées

Soutenir l’Observatoire !

Parce que le débat démocratique mérite mieux que la com’ du CAC 40, nous enquêtons.

Soutenez l’indépendance de l’Observatoire en faisant un don.

— 
Photo : Yann Geoffray/ Boiron CC via flickr