Amazonie

Liaisons dangereuses entre les champions brésiliens de la déforestation et l’industrie européenne

par Olivier Petitjean

Au Brésil, le bloc « ruraliste », une coalition d’hommes politiques ultraconservateurs et de puissants propriétaires terriens, prône l’exploitation à outrance de l’Amazonie et de ses ressources naturelles, aux dépens de la forêt et de ses habitant.e.s. Plus puissant que jamais depuis le coup d’État feutré qui a déposé Dilma Rousseff et emprisonné l’ancien président Lula, il est à l’origine d’une série de lois facilitant la déforestation et réduisant la protection des indigènes et des travailleur.se.s. Un nouveau rapport met en lumière les relations d’affaires entre plusieurs leaders ruralistes et les industriels derrière des marques comme Schweppes et Coca-Cola, ou encore derrière la centrale électrique de Gardanne.

Les noms d’Adilton Sachetti, Nelson Marquezelli, Jorge Amanajás, Dilceu Sperafico, Alfredo Kaefer ou Sidney Rosa ne sont pas connus en France. Et pourtant ces hommes politiques brésiliens devraient intéresser les consommateurs et les citoyens soucieux de protéger le climat et la biodiversité. Eux-mêmes hommes d’affaires et propriétaires terriens, ils figurent parmi les principaux leaders du très influent bloc « ruraliste » du Congrès brésilien, un groupe d’élus favorable à l’expansion de l’agrobusiness et à l’exploitation des ressources naturelles de l’Amazonie.

Faisant depuis longtemps la pluie et le beau temps dans la politique brésilienne, les ruralistes ont joué un rôle décisif dans l’« impeachment » de Dilma Rousseff en 2016, et dans le maintien au pouvoir de son successeur, le président intérimaire Michel Temer malgré la multiplication des affaires de corruption. Son ministre de l’Agriculture, Blairo Maggi, est d’ailleurs lui aussi un gros producteur de soja, milliardaire, PDG du groupe Amaggi, l’un des plus gros producteurs de soja au monde, et gros fournisseur de soja pour des grands groupes européens. Résultat de ce soutien indéfectible : les ruralistes ont réussi à pousser une série de mesures favorables à leurs intérêts, comme l’ouverture d’aires naturelles protégées à l’industrie, l’assouplissement des règles contre le travail forcé (lire notre article), ou encore une amnistie générale sur les amendes dues par des propriétaires fonciers coupables de déforestation illégale. Ils veulent aussi déréguler l’usage des pesticides même interdits en Europe et aux États-Unis, limiter drastiquement le pouvoir des agences fédérales créées pour protéger l’environnement et les indigènes, ou encore libéraliser le droit de porter des armes à feu en zone rurale, alors que le Brésil est déjà le pays le plus meurtrier du monde pour les défenseurs de l’environnement.

Bref, « les ’ruralistas’ sont l’incarnation même du climat politique rétrograde qui prévaut actuellement au Brésil », selon les auteurs du rapport Complicity in Destruction : How Northern Consumers and Financiers Sustain the Assault on the Brazilian Amazon and its Peoples (« Complices de la destruction : comment les consommateurs du nord et les institutions financières soutiennent l’assaut dont sont victimes la forêt amazonienne et ses habitants »). Publié par l’ONG Amazon Watch, celui-ci souligne la menace sans précédent qui pèse aujourd’hui sur la forêt amazonienne et ses habitant.e.s, mais aussi les liens étroits entre cette faction ultraconservatrice et de nombreux industriels européens et américains.

Complicités occidentales

Depuis quelques années, la déforestation de l’Amazonie est repartie à la hausse, et la tendance ne fait que s’accélérer, encouragée par le cours élevé des matières premières agricoles. Entre les habitudes de consommation des Européens et des Nord-américains d’une part, et d’autre part la destruction progressive de la nature dans l’Amazonie et ailleurs pour produire du soja, de l’huile de palme ou d’autres matières premières, il y a en effet un lien direct (lire nos articles ici et ). Un lien entretenu par des hommes d’affaires et des investisseurs à la fois au Brésil et en Europe. Amazon Watch a enquêté plus précisément sur les relations d’affaires de six des principaux ruralistes, et a retrouvé leur trace dans de nombreux produits de grande consommation, comme Coca-Cola, Minute Maid, Schweppes et d’autres marques moins connues en France.

C’est ainsi que du soja produit par Adilton Sachetti, du Mato Grosso, est arrivé en France en 2017, ou encore que Jorge Amanajás, puissant homme politique de l’Amapá accusé d’accaparement des terres, a vendu du bois à Uniper pour ses centrales électriques biomasse, comme celle de Gardanne en France. On retrouve également des banques européennes parmi les principaux financeurs de leurs empires agroindustriels, comme BPCE pour l’entreprise de soja et de blé de Dilceu Sperafico, depuis rachetée par le groupe Glencore.

Il y a aussi le circuit du jus d’orange de Nelson Marquezelli, député depuis 1990, et l’un des plus gros producteurs d’oranges du pays. Il est fournisseur de l’entreprise Cutrale, qui elle-même compte parmi ses plus gros clients Coca-Cola (pour Minute Maid) et Schweppes. En 2014, Cutrale a été prise en flagrant délit de travail esclave dans ses plantations. En février, elle a été condamnée pour avoir soumis ses travailleurs à des conditions de travail dégradantes, sans eau potable, et sans protection face aux pesticides. Nelson Marquezelli, appelé le « député orange », fait partie de ces ruralistes qui ont soutenu la législation qui a affaibli la protection de la forêt amazonienne.

« Une grande partie du pouvoir politique et économique du bloc ruraliste dépend des traders, des consommateurs et des institutions financières mondiales, conclut le rapport. Les entreprises européennes et étatsuniennes qui s’approvisionnent auprès des ’ruralistas’ ou les financent leur permettent de remodeler à leur profit le paysage socio-environnemental du Brésil. À notre plus grand détriment à tous. »

Olivier Petitjean (avec Rachel Knaebel)

Soutenir l’Observatoire !

Parce que le débat démocratique mérite mieux que la com’ du CAC 40, nous enquêtons.

Soutenez l’indépendance de l’Observatoire en faisant un don.

À lire aussi :
- Les géants français de l’agroalimentaire et de la grande distribution épuisent la planète
- L’Europe importe massivement des produits issus de la déforestation illégale

— 
Photo : José Cruz/ABr CC