GAFA

Lobbying : l’artillerie lourde des géants du net en France et en Europe

Évasion fiscale, contournement du droit social, vie privée, situations de monopole... De Google à Uber en passant par Microsoft, Amazon ou Facebook, les géants américains du net se retrouvent souvent sous le feu des critiques en Europe. Pour désamorcer ces controverses et s’assurer que les législations adoptées ne nuisent pas trop à leurs intérêts, ils ont déployé depuis quelques années une véritable armée de lobbyistes à Bruxelles et dans les capitales européennes, en n’hésitant pas à débaucher anciens élus ou hauts fonctionnaires. Dernier exemple en date ? Le départ annoncé de Benoît Loutrel, patron du régulateur français des télécoms, pour Google.

Le journaliste Alexandre Léchenet, en collaboration avec BiG, a mené l’enquête sur le lobbying de Google, Microsoft, Amazon, Apple, Facebook, Uber et Twitter à Paris et à Bruxelles, auprès des institutions européennes.

Les dépenses annuelles de lobbying de ces sept firmes américaines dans la capitale européenne s’élèvent à 13 millions d’euros, à quoi il faut ajouter le travail d’influence effectué via des associations professionnelles comme Digital Europe ou la Computers & Communication Industry Association (CCIA). Elles ont rencontré des commissaires européens ou des membres de leur cabinet à 340 reprises depuis fin 2014 (voir l’infographie ci-dessus, cliquez sur le lien ci-dessous pour la visionner en plus grande taille).

Le lobbying à Paris est beaucoup moins transparent qu’à Bruxelles, mais il reste possible de trouver la trace de dizaines de rencontres entre représentants des géants du net et membres de l’exécutif, ainsi que des employés de Google, Microsoft ou autres en France qui proviennent du secteur public.

Données complètes, présentation des résultats et infographies sont disponibles à cette adresse : https://github.com/alphoenix/donnees/blob/master/lobbies-gafamut/readme.md

OP