Source : Challenges

Partenariats public privé

Pentagone à la française : les prestataires privés facturent leurs services au prix fort

Le jeudi 5 novembre était inauguré en grande pompe le nouveau siège du ministère de la Défense, Hexagone Balard, aussi connu sous le nom de « Pentagone à la française ». Ce partenariat public privé (PPP) emblématique a été confié à un consortium regroupant notamment Bouygues, Thales et Sodexo. Challenges révèle les coûts cachés de la dépendance envers le secteur privé : outre le loyer annuel de 154 millions d’euros versé par le ministère, le consortium facture au prix fort toute modification des bureaux ou des équipements.

Les militaires et agents du ministère n’ont pas attendu le grand raout pour prendre possession des lieux (...). Mais depuis l’arrivée des "pionniers" en février dernier, les occupants vont de surprise en surprise. Il y a bien sûr les inévitables bugs des bâtiments flambant neufs (...). Mais les agents ont surtout pu se familiariser avec les joyeusetés de la gestion du site en partenariat public privé (PPP) : si le loyer annuel versé par le ministère, 154 millions d’euros, comprend la redevance immobilière, celles des systèmes d’information et des services (restauration, nettoyage, conciergerie…), chaque modification des bureaux demandée fait l’objet d’une facturation supplémentaire.

Et l’addition monte vite à des niveaux astronomiques. Un général ayant demandé une modification du sens d’ouverture de la porte de son bureau a reçu un devis de 2.000 euros. Installer un œilleton à la porte coûte "plusieurs milliers d’euros", assure un familier de l’état-major. Le Canard Enchaîné avait révélé le 29 avril (PDF) que la pose de deux prises de courant au secrétariat des généraux avait fait l’objet d’un devis de "5468,02 euros". Même tarifs électrisants pour le matériel informatique. Selon des devis (refusés par le ministère) de Bouygues et Thales, datés de mars et avril 2015 et consultés par Challenges, l’installation d’une imprimante et d’un scanner est proposée à 13.613,21 euros. Le scanner lui-même est facturé 2.700 euros.

Lire l’intégralité de l’article sur le site de Challenges