Source : Novethic

Transition énergétique

Que recouvre exactement la nouvelle stratégie de Total face à l’enjeu climatique ?

Total s’affiche comme une nouvelle convertie à la cause climatique. La major pétrolière française a annoncé de nouveaux investissements dans les énergies renouvelables, à commencer par l’acquisition du fabricant de batteries électriques Saft. Mais la réponse de Total à l’enjeu du climat reste largement basée sur le gaz et la production d’électricité. Pire, elle témoigne peut-être surtout de la volonté de maintenir la transition énergétique « sous contrôle », en donnant des gages environnementaux sans remettre fondamentalement en cause son modèle commercial et encore moins amorcer un réel désinvestissement des énergies fossiles. Novethic résume les questions et les enjeux.

Peut-on pour autant parler d’un changement de business model ? Ce serait aller un peu vite en besogne. Si Total et d’autres grands énergéticiens ont pris le contrôle des associations européennes du solaire et de l’éolien, c’est pour freiner la transition énergétique, comme l’indiquait l’an dernier The Guardian. En réalité, l’objectif de ces groupes est de laisser la plus grande place possible au gaz. Leur discours : face à l’intermittence de la production renouvelable, le gaz est un complément indispensable.

« Les énergéticiens traditionnels veulent entrer sur les nouveaux marchés de l’énergie, en particulier les ENR, car c’est là qu’ils peuvent trouver des relais de croissance. Mais cela leur permet aussi d’intervenir autant que possible dans l’évolution des nouveaux secteurs, pour éviter qu’ils ne bouleversent trop vite leur cœur de métier », explique Yves Marignac.

Lire l’intégralité de l’article sur le site de Novethic

Lire aussi le véritable bilan annuel 2015 de Total, et tous nos articles sur l’entreprise ici.