Source : Mediapart

Santé

Servier : le procès du Mediator va-t-il tourner au fiasco judiciaire ?

Quand le procès du Mediator aura-t-il lieu ? Permettra-t-il réellement de mettre en lumière toutes les responsabilités à l’oeuvre dans ce drame sanitaire ? Lancées dans la foulée du scandale retentissant de 2010-2011, les procédures judiciaires contre le laboratoire Servier sont aujourd’hui au bord de l’enlisement. En cause, le choix délibéré de la justice de pas incriminer les responsables politiques et administratifs, mais seulement l’entreprise Servier. Au risque de ne pas se pencher sur tout le système de connivences et de conflits d’intérêts, à la frontière entre public et privé, qui a rendu le scandale possible. « Et si l’échec annoncé de la procédure avait été en fait programmé ? », se demande Mediapart.

Cibler la responsabilité des laboratoires Servier, coupables d’avoir dissimulé la vraie nature et les dangers de leur produit défectueux, le Mediator : cela semblait l’objectif évident de la procédure partie sur des chapeaux de roue en février 2011, à la suite de la révélation du drame sanitaire qui a causé la mort de 500 à 1 500 personnes. La tromperie de Servier paraissait flagrante, la responsabilité du laboratoire incontestable. En janvier 2014, le procureur de Paris, François Molins, annonçait qu’un grand procès du Mediator pourrait se tenir pendant le premier semestre 2015.

Trois ans après, l’affaire est embourbée. Les connaisseurs du dossier les plus optimistes estiment que le Mediator ne sera pas jugé avant 2019. Et rien ne garantit que le procès, s’il finit par avoir lieu, aboutisse à une issue satisfaisante pour les victimes. Le fiasco est en vue. (...) L’acharnement procédurier des avocats de Servier ne suffit pas à expliquer l’échec annoncé. Celui-ci résulte d’une cause plus profonde : en focalisant l’affaire sur la tromperie et sur la seule responsabilité des laboratoires Servier, la justice a trop limité son champ d’action. Elle a sous-estimé le rôle des politiques et celui de l’administration de la santé, en particulier de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) et de la DGS (Direction générale de la santé). Elle a « saucissonné » l’affaire, dissociant le volet « tromperie et escroquerie » du volet « blessures et homicides involontaires ». Cette approche restrictive, justifiée par un souci d’efficacité et d’allègement de la procédure, se révèle contre-productive. Elle affaiblit l’action des magistrats, exposés au feu des critiques des avocats de Servier, et freinés par des contraintes qui les empêchent d’aller au fond des choses.

Lire l’intégralité de l’article sur le site de Mediapart (abonnement).