Source : France24

Justice

Syrie : le géant du sucre Tereos accusé de complicité de terrorisme

Il y a quelques mois, on apprenait que des sacs d’édulcorant produit par le groupe coopératif français Tereos avaient été retrouvés dans les caves de Daech. La substance en question, le sorbitol, peut en effet être utilisée en mélange pour lancer des roquettes. Aujourd’hui, sur fond de conflit interne, des coopérateurs de Tereos ont déposé plainte contre leurs dirigeants pour « complicité de terrorisme » parce que le groupe aurait continué ses livraisons de sorbitol en Syrie. La direction crie à la dénonciation calomnieuse.

Suite à des révélations du Canard enchaîné, France24 résume l’affaire :

Après la libération de Mossoul en Irak, fin 2016, l’ONG Conflict Armament Research (CAR), mandatée par l’Union européenne, a inspecté "un entrepôt de l’État islamique" et y a découvert "des dizaines de sacs de sorbitol estampillés Tereos". Or, le sorbitol, dérivé du sucre, est utilisé comme propulseur d’engins explosifs lorsqu’il est mélangé à du nitrate de potassium. Alerté par l’ONG, le groupe admet alors, au terme de vérifications, que ce produit provient bel et bien de ses usines basées en Picardie. En mai 2015, une cargaison de 45 tonnes de sorbitol avait effectivement été livrée en Turquie avant de disparaître. (...)

En décembre 2017, l’information ayant été rendue publique, le leader du sucre a assuré "avoir suspendu ses livraisons de sorbitol dans les zones dites à risques" après l’alerte effectuée par l’ONG CAR en novembre 2016. Pourtant, les plaignants, qui se basent sur une enquête interne de l’entreprise, affirment que deux autres livraisons à destination de la Syrie ont été réalisées en février et juillet 2017.

Lire l’intégralité de l’article sur le site de France24

Soutenir l’Observatoire !

Parce que le débat démocratique mérite mieux que la com’ du CAC 40, nous enquêtons.

Soutenez l’indépendance de l’Observatoire en faisant un don.

— 
Photo : Isack Ryuji Minowa CC via Wikimedia Commons