Source : Le Monde diplomatique

Finances publiques

Uber prospère grâce à l’argent de l’évasion fiscale

L’expansion d’Uber s’explique-t-elle vraiment par la magie de ses algorithmes et par la puissance de « disruption » des innovateurs de la Silicon Valley ? Ou bien plutôt par une stratégie de dumping visant à se créer un marché monopolistique, qui n’est possible que grâce aux milliards de dollars parqués dans les paradis fiscaux ? Comme l’explique Evgeny Morozov dans un article publié dans les blogs du Monde diplomatique, l’ascension d’Uber est surtout le miroir d’une « impuissance publique » qui a sa source dans l’austérité fiscale et les stratégies d’optimisation des multinationales.

Dans un article récent, ’The Information’, un site Internet spécialisé dans les nouvelles technologies, indiquait que durant les neuf premiers mois de 2015 les pertes d’Uber s’élevaient à 1,7 milliard de dollars, contre seulement 1,2 milliard de recettes. La compagnie est assise sur une montagne d’argent si colossale que, dans certaines villes des États-Unis, elle propose des courses à un prix qui ne couvre même pas le coût du carburant et de l’usure du véhicule. Sa stratégie est simple : faire exploser la demande en abaissant les prix à un niveau tellement attractif qu’il finit par vaincre les réticences de ceux qui préfèrent normalement prendre leur voiture personnelle ou les transports publics. (...)

Une question se pose alors inévitablement, même si elle est rarement posée : de qui Uber consume-t-il ainsi l’argent ? D’investisseurs tels que Google, d’Amazon, de Goldman Sachs. Uber fournit l’exemple parfait d’une compagnie dont l’expansion planétaire fulgurante est redevable en grande partie à l’incapacité des gouvernements de taxer les profits des géants de la finance et des technologies. Pour le dire plus crûment : si Uber peut jongler avec tous ces milliards, c’est parce que les É’tats ne le peuvent plus. Au lieu d’alimenter les caisses publiques, cet argent s’entasse sur les comptes offshore de la Silicon Valley et de Wall Street.

Lire l’intégralité de l’article sur le site du Monde diplomatique.

Dans une précédente enquête, l’Observatoire des multinationales avait montré par ailleurs qu’Uber et d’autres géants de « l’économie du partage » avaient eux aussi recours aux paradis fiscaux pour optimiser leurs impôts.