Source : Novethic

Atome

À Paluel, un accident jugé « impossible » par EDF relance le débat sur la sûreté du parc nucléaire français

Le 31 mars dernier, un générateur de vapeur pesant 465 tonnes, en cours de remplacement, s’est écrasé au sol dans la centrale nucléaire normande de Paluel. Aucune victime n’est à déplorer. EDF n’avait pas même prévu qu’un tel incident puisse survenir, le jugeant « impossible ». Mais pour les salariés du groupe et les militants anti-nucléaires, c’est le résultat prévisible de la dégradation des conditions de travail et de sûreté dans les centrales françaises. Le « Grand Carénage » - vaste programme de travaux lancé par EDF pour permettre la prolongation de la durée de vie des centrales - semble mal parti. Explications de Novethic.

Par le passé, l’énergéticien a remplacé sans difficulté des dizaines de ces équipements sur des réacteurs de 900 MW. Mais l’opération qui a eu lieu à Paluel est moins habituelle : le générateur évacué est celui d’un réacteur de 1 300 MW. C’est la troisième fois seulement qu’un équipement de ce type est enlevé. Les deux premières fois, c’était aussi à Paluel, dans les semaines précédentes. La difficulté avec ce type de générateurs de vapeur, c’est que leur mise en place s’est faite en deux parties. Or, ils doivent désormais être sortis en une seule pièce, en raison de la radioactivité contenue à l’intérieur. (...)

Premier problème pointé du doigt : un recours excessif à la sous-traitance. « En 20 ans, la part des travaux de maintenance sous-traités est passée de 20 à 80% dans les centrales nucléaires », regrette Thierry Raymond, représentant de la FNME-CGT, un syndicat qui appelle à réintégrer les activités de maintenance au sein d’EDF. (...) [Également] à l’origine du problème, une mauvaise transmission des compétences d’une génération à l’autre et des réductions d’effectifs. Des critiques infondées selon EDF. (...) Enfin quid des conditions de travail sur ces chantiers ? La FNME-CGT les juge « déplorables ». Elle dénonce une pression forte pour respecter les délais et de fréquents dépassements des horaires.

Lire l’intégralité de l’article sur le site de Novethic.