Source : Challenges

Conflit d’intérêt

Une ancienne responsable de la banque UBS nommée à l’Autorité des marchés financiers

Alors même que la filiale française de la banque suisse UBS est soupçonnée d’avoir encouragé une évasion fiscale à grande échelle, le Ministère de l’Économie et des Finances vient de nommer à l’Autorité des marchés financiers Françoise Bonfante, ancienne cadre d’UBS. Challenges revient sur les dessous de cette nomination controversée, en montrant que Françoise Bonfante n’était pas si étrangère qu’elle le prétend aujourd’hui aux pratiques reprochées à la banque suisse.

Le 20 décembre dernier, l’Autorité des marchés financiers (AMF) annonçait le renouvellement de six des douze membres de sa Commission des sanctions. Un organe stratégique qui a pour rôle d’instruire les dossiers sur les fraudes et manipulations du secteur financier et de prononcer des peines d’amendes ou sanctions disciplinaires. Or, parmi les personnes nommées par Pierre Moscovici se trouve Françoise Bonfante, ... jusqu’ici responsable du contrôle des risques à la banque UBS France.

Un choix qui prête à polémique sachant qu’UBS France a été mise en examen, le 31 mai 2013, pour "complicité de démarchage illicite", soupçonnée d’avoir participé à un vaste système d’évasion fiscale organisé par sa maison-mère où des commerciaux helvètes passaient la frontière illégalement, tout au long des années 2000, pour venir convaincre de riches Français d’ouvrir des comptes non déclarés en Suisse.

Lire l’intégralité de l’enquête sur le site de Challenges.

Voir aussi, sur le même sujet, l’article publié par Basta !