États-Unis

Veolia poursuivie en justice pour son rôle dans le scandale de l’eau contaminée de Flint

par Olivier Petitjean

Il y a quelques mois, le scandale de l’eau contaminée au plomb de la ville de Flint, aux États-Unis, suscitait l’émoi du monde entier. L’un des acteurs de ce drame n’est autre que le géant français de l’eau Veolia, qui a conduit une étude, quelques mois avant que l’affaire n’éclate au grand jour, sur l’eau de Flint, et conclu qu’elle ne posait pas de problème majeur de qualité. Le procureur général de Michigan a déposé plainte pour négligence et fraude contre l’entreprise française.

Le procureur général de l’État du Michigan, Bill Schuette, a annoncé avoir initié des poursuites au civil contre le groupe français Veolia, ainsi qu’une autre entreprise privée américaine, pour leur rôle dans le scandale de l’eau contaminée de la ville de Flint, à côté de Detroit. Début 2015, Veolia avait été chargée d’une mission de consultance sur le système d’eau de Flint et la qualité de l’eau distribuée. Passant totalement à côté de la contamination au plomb, l’étude de Veolia avait conclu que cette eau était suffisamment bonne à boire et que le service pouvait être amélioré moyennant quelques changements à la marge. Quelques mois plus tard à peine, le scandale éclatait [1].

Confrontée à la crise économique et à la dépopulation, Flint (environ 100 000 habitants) était en faillite, et les autorités du Michigan ont nommé un administrateur d’urgence, chargé d’appliquer une thérapie de choc. Pour économiser de l’argent, cet administrateur a notamment décidé que Flint n’achèterait plus son eau à la métropole de Detroit, comme auparavant, mais la puiserait directement dans la rivière Flint. Cette eau très polluée a entraîné une corrosion très rapide des canalisations anciennes de la ville, libérant des grandes quantité de plomb dans l’eau du robinet. Des taux extrêmement élevés de plomb ont été détectés chez plusieurs milliers d’enfants de Flint, ce qui risque de provoquer des problèmes de santé très graves à l’avenir. On s’interroge également sur les liens entre la contamination de l’eau et une épidémie de maladie du légionnaire dans la ville qui a fait plusieurs victimes. Les populations noires et pauvres de Flint sont les plus touchées.

Les recommandations de Veolia ont-elles aggravé le problème ?

« À Flint, Veolia et Lockwood, Andrews & Newnam (LAN) ont été choisis pour effectuer un travail et elles ont lamentablement échoué. Leurs recommandations frauduleuses et dangereuses ont aggravé une situation qui était déjà mauvaise », a dénoncé le procureur général dans un communiqué. Il accuse Veolia non seulement d’avoir ignoré le problème de la contamination au plomb, qui n’aurait pas dû lui échapper, mais en outre d’avoir augmenté les risques en recommandant une utilisation accrue de chlorure de fer pour le traitement de l’eau [2].

Les deux entreprises se voient réclamer des dommages et intérêts se chiffrant en millions de dollars, notamment Veolia qui est poursuivie non seulement pour négligence, mais aussi pour fraude. D’autres procédures judiciaires sont en cours, de la part des autorités ou de parents contaminés. Certaines mettent en cause la responsabilité des fonctionnaires et élus locaux, notamment celle des autorités du Michigan et du gouverneur républicain Rick Snyder, élu sur un programme d’austérité (Bill Schuette, le procureur général du Michigan, est lui aussi un républicain). Une action de groupe lancée il y a quelques semaines par des résidents de Flint ciblait d’ailleurs déjà, entre autres, Veolia.

Défaillance des firmes privées

Contacté par Reuters, l’entreprise française a déclaré que l’étude qu’elle avait réalisé à Flint « était sans rapport avec le problème de contamination au plomb ». Ce qui ne semble pas tout à fait exact, parce que [selon la presse et les déclarations des autorités locales (lire ici et ), la mission de Veolia était bien de vérifier la viabilité du système d’eau avec le changement de mode d’approvisionnement, et l’entreprise a bien donné son feu vert, moyennant quelques changements visant à prévenir l’apparition d’un autre contaminant qui suscitait des inquiétudes à l’époque, les TTHM. L’entreprise a également indiqué qu’elle « se défendrait vigoureusement contre des allégations injustifiées de malversation ».

Le scandale de l’eau contaminée de Flint a suscité un large débat aux États-Unis. Certains y voient surtout une illustration des dégâts sociaux causés par les politiques d’austérité et de réduction des dépenses publiques. D’autres évoquent le manque criant d’investissements dans les réseaux d’eau et d’assainissement américains, et certains autres encore n’ont pas hésité à profiter des événements pour suggérer que la solution était de faire appel au secteur privé. Il y a quelques semaines, les citoyens de Flint ont d’ailleurs appris que leur municipalité avait discrètement émis un appel à propositions auprès du secteur privé en vue d’un nouveau contrat de consultance sur la viabilité du système d’eau... Veolia se portera-t-elle à nouveau candidate ?

Olivier Petitjean

— 
Photo : Photo : Joyce Zhu / Flintwaterstudy.org