Frontières

Vinci, Thales, Eamus Cork... Ces entreprises qui profitent de la situation à Calais

par Anne-Sophie Simpere

La situation à Calais fait au moins quelques heureux : les groupes privés comme Vinci ou Thales. Construction de murs, drones, sécurité privée, scanners, biométrie, gaz lacrymogène... : au moins une quarantaine de contrats ont été passés avec des firmes privées pour sécuriser la frontière franco-britannique. Les 50 millions d’euros supplémentaires annoncés par Theresa May et Emmanuel Macron dans le cadre du sommet britannique du 18 janvier continueront à alimenter ce business des frontières.

À l’occasion du 32e sommet franco-britannique qui se tenait ce jeudi 18 janvier, le gouvernement de Theresa May a annoncé qu’il augmenterait de plus de 50 millions d’euros sa contribution à la gestion de la frontière commune de Calais, pour en améliorer la sécurité. Ces financements seraient une contrepartie au maintien des accords du Touquet qui visent à externaliser la frontière britannique sur les côtes françaises, y bloquant les migrant.e.s qui cherchent à rejoindre le Royaume-Uni.

Qui profite de ces « investissements sécuritaires » ? Le collectif Calais Research Network a identifié plus de 40 entreprises qui bénéficient du régime frontalier, dans des secteurs divers allant du transport à la construction de clôtures, en passant par les technologies biométriques, les systèmes de scanner de poids lourds, la fourniture de containers ou la fabrication de cartouches de gaz lacrymogènes. On pourrait croire que la situation à Calais ne fait que des perdants : les migrants, exposés à des conditions indignes et à des violations des droits humains, le tissu économique local, les contribuables français et britanniques... Mais certains acteurs tirent tout de même leur épingle du jeu.

Quand Vinci fait les basses oeuvres de l’État

Parmi les heureux élus, on retrouve Vinci. Le géant du bâtiment et de la sous-traitance, impliqué dans le projet Notre Dame des Landes, dans la destruction de la forêt de Khimki en Russie, et poursuivi pour travail forcé au Qatar obtenu de nombreux contrats à Calais. C’est sa filiale Sogea qui s’est chargée de la destruction de la « jungle » en février-mars 2016 puis en octobre 2016, quand l’intégralité du campement a été évacué. Une opération dénoncée alors par le collectif national des syndicats CGT de Vinci, qui considère que les salariés de l’entreprises ont été contraints d’intervenir dans des conditions d’hygiène et de sécurité déplorables pour réaliser de « basses besognes » dont l’État se décharge sur le privé alors qu’il dispose largement des compétences pour faire ce travail.

C’est également Vinci, via sa filiale Eurovia, qui a construit le mur anti-intrusion de la rocade de Calais, pour un coût estimé à 2,7 millions d’euros, financés par la Grande-Bretagne. Ce mur de quatre mètres de hauteur et un kilomètre de long, qui est venu se rajouter aux grillages installés le long du port, vise à empêcher les migrant.es de monter dans les camions. Mais ceux-ci se sont simplement déplacés plus en amont pour continuer à tenter de s’introduire dans les poids-lourds en direction du Royaume Uni.

Un laboratoire de la gestion privatisée des frontières ?

Dans la zone portuaire, c’est Thales qui a installé les équipements pour sécuriser la zone : portiques, lecteurs de badges, caméras de surveillance, protection des éléments d’infrastructures vitaux… Par ailleurs, s’il n’a pas été annoncé publiquement qui a fourni les deux drones chargés de la surveillance du site d’Eurotunnel, selon le Calais Research Group, ceux-ci ressemblent beaucoup aux Spycopter de Thales. Dans sa communication, le groupe met volontiers en avant son expertise dans la surveillance des frontières, domaine dans lequel il a développé des projet en Espagne, en Afrique du Nord ou en Lettonie. Thales est aussi l’un des principaux bénéficiaires des fonds européens à la recherche pour renforcer la lutte contre l’immigration illégale. Ironiquement, l’entreprise est également l’un des principaux vendeurs d’armes européen au Moyen Orient et en Afrique du Nord, régions d’où viennent une partie des migrant.es qu’on retrouve en France (lire notre article Comment les vendeurs d’armes européens profitent à la fois des guerres au Moyen Orient et de la militarisation des frontières).

Autre acteur moins connu mais d’importance majeure à Calais : Eamus Cork Solutions. La société française, basée à Dunkerque et créée en 2004 par un ancien policier calaisien remporte en 2016 un appel d’offre de 80 millions de livres lancé par le Ministère de l’intérieur britannique pour assurer des services telles que la fouille des véhicules et des personnes, la détention ou des escortes. C’est l’un des plus gros contrat de sécurité privée à Calais, signe d’une privatisation de la sécurité frontalière. Au Royaume Uni, la sous-traitance de la gestion des migrant.es à des sociétés privée est déjà la norme. Si en France, ces missions restent généralement de la compétence des forces publiques, l’exemple de Calais montre que les entreprises de sécurité privée sont prêtes à s’engager dans la brèche.

Anne-Sophie Simpere

— 
Photo : Malachy Brown CC via flickr