Allô Bercy ?

Avec près de 1,7 milliard d’euros touchés ce printemps, BlackRock est le premier bénéficiaire des dividendes du CAC40

À qui vont bénéficier les 51 milliards que les groupes du CAC40 vont verser malgré une épidémie qui se prolonge et les nombreuses aides publiques dont ils bénéficient ? Nouvelle publication dans le cadre de notre campagne Allô Bercy ? Pas d’aides publiques aux grandes entreprises sans conditions.

Sans surprise, le principal bénéficiaire de la cuvée 2021 des dividendes du CAC40 est… BlackRock. Le gestionnaire d’actifs est présent au capital de la quasi-totalité des grandes entreprises françaises, et notamment de celles qui versent le plus de dividendes comme Total et Sanofi. Il touchera à ce titre près de 1,7 milliard d’euros de la part des grands groupes français, selon les informations publiquement disponibles (voir note méthodologique).

La somme touchée par BlackRock représente l’équivalent de la rémunération de près de 35 000 personnels hospitaliers (soignants et non soignants) sur une année, ou encore de quoi payer l’hospitalisation en réanimation d’environ 33 000 personnes infectées par le Covid-19 et souffrant de symptômes graves. Ou bien encore l’équivalent de la construction de 42 lycées ou 1200 kilomètres de lignes TER, ou bien d’une aide sociale de 1000 € par étudiant.e.

Le second grand bénéficiaire des dividendes du CAC40 est l’État lui-même, à travers ses différents bras armés financiers (Agence des participations de l’État, Bpifrance, Caisse des dépôts et consignations), alors que le gouvernement avait demandé aux entreprises dont il est actionnaire (Orange, ST MicroElectronics, Thales, Veolia, Vivendi) de ne pas verser de dividendes en temps de pandémie.

On trouve ensuite le groupe de Bernard Arnault (à un niveau presque équivalent aux deux premiers grâce à ses participations dans Carrefour et surtout LVMH) puis les grandes familles du CAC40 : Bolloré (Vivendi), Bettencourt (L’Oréal), Hermès (groupe éponyme), Pinault (Kering), del Vecchio (EssilorLuxottica), ainsi que deux multinationales (Nestlé, actionnaire de L’Oréal, et L’Oréal, actionnaire de Sanofi). Ils sont suivis par un autre gestionnaire d’actifs, MFS (Massachusetts Financial Services).

Pour aller plus loin :

 

Note méthodologique
Ces estimations sont basées sur les dividendes 2021 (sur l’exercice 2020) votés ou proposés à l’approbation par les groupes du CAC40, et sur leur actionnariat tel qu’il est connu via les Documents d’enregistrement universel des groupes et les déclarations de franchissement de seuil à l’Autorité des marchés financiers. Pour la plupart des groupes du CAC40, les actionnaires ne sont pas connus s’ils possèdent moins de 5% du capital, de sorte que nous ne connaissons pas forcément toutes les participations de BlackRock (et d’autres investisseurs) dans le CAC40. Ces chiffres sont donc une estimation minimale.
Pour Alstom et Pernod Ricard, dont l’exercice comptable est décalé par rapport à l’année civile, nous utilisons les derniers chiffres disponibles.
Les chiffres pour l’Etat français incluent aussi bien les participations directes via l’Agence de participation de l’Etat que les participations indirectes via Bpifrance et la Caisse des dépôts et des consignations.