15.06.2010 • Climat

AXA et BNP Paribas pointés du doigt pour leurs investissements dans les activités polluantes

Publié le 15 juin 2010 , par Agnès Rousseaux

BNP Paribas arrive en tête du classement réalisé par l’ONG belge Netwerk Vlaanderen des institutions financières investissant dans des activités très polluantes : construction de centrales au charbon, extraction de pétrole des sables bitumineux ou déforestation de forêts tropicales [1]... BNP Paribas consacre 731 millions d’euros au seul secteur du charbon. Un secteur responsable de plus d’un tiers des émissions de CO2. La banque a ainsi participé au financement d’une nouvelle centrale au charbon au Chili, d’une capacité de 150 MégaWatts, soit 860.000 tonnes d’émissions de CO2 chaque année. L’équivalent de 286.000 voitures.

« Investir utile aujourd’hui, c’est financer la croissance de demain et contribuer à sauver la planète après-demain », affirmait pourtant Olivier Le Grand, président de Cortal Consors, une société de BNP Paribas, lors du lancement d’une opération « Investir utile 6 », le 3 juin 2010 visant à « lutter contre le réchauffement climatique ». Début juin, un communiqué de presse de la banque annonçait aussi la mise en place d’une compensation énergétique : les dépenses d’énergies du siège social de la banque sont compensées « par une production équivalente » d’électricité renouvelable. Bien, mais qu’en est-il des projets polluants qu’elle finance ?

C’est Axa qui réalise le « plus d’investissements dans la vingtaine de “géants” du secteur minier analysés dans l’étude. Soit 617 millions d’euros de participations au capital de ces entreprises », s’indigne l’ONG Les Amis de la Terre, également membre du collectif BankTrack. BNP et Axa sont aussi impliquées dans l’extraction des sables bitumineux canadiens ou la déforestation en Asie du Sud-Est, liée à l’extension des plantations de palmiers à huile. Selon Les Amis de la Terre, BNP Paribas a octroyé en 2008 des prêts de 111 et 54 millions d’euros à l’entreprise canadienne Suncor, spécialiste de l’extraction des sables bitumineux. Une entreprise condamnée en 2009 pour des infractions environnementales dans ses installations en Alberta. AXA détiendrait aussi 352 millions d’euros au capital de Suncor. Ce qui ne l’empêche pas d’affirmer sur son site, qu’en tant qu’entreprise responsable, elle « place la préservation de l’environnement au cœur de son projet ».

Agnès Rousseaux

 
Photo : Can Spac Wire CC-by-nc

Boîte Noire

La version initiale de cet article a été publié sur Basta ! le 9 juin 2010

Notes

[1« Banquiers sur des charbons ardents », diffusé par l’ONG belge Netwerk Vlaanderen.

Les enquêtes de l’Observatoire

  • Multinationales et droits humains

    Impunité « made in Europe »

    Pourquoi l’Europe fait-elle obstruction, au sein de l’ONU, à l’adoption d’un traité international ambitieux sur les multinationales et leur responsabilité en matière de droits humains et d’environnement ?

  • Energies renouvelables

    Gautam Adani : magnat du charbon et faux ami écolo de Total en Inde

    L’industriel indien Gautam Adani est devenu un partenaire privilégié de Total dans le secteur des énergies renouvelables. Cette stratégie de verdissement masque mal l’envers du décor.

  • Modèle de développement

    Du Limousin à la Guyane, la France en relance minière

    La France souhaite relancer une industrie minière sur son territoire. Quels sont les risques écologiques, alors que l’héritage des pollutions passées n’est pas soldé ? Et pour le bénéfice de qui ?

L’Observatoire est à votre écoute

  • Besoin d’éclaircissements ?
  • Une question ?
  • Une information à partager ?
Contactez-nous