11.05.2023 • Milliardaires, médias et climat

Daniel Křetínský : une fortune basée sur les énergies fossiles

Le milliardaire tchèque Daniel Křetínský est devenu en quelques années, à coup de rachats de médias et d’autres entreprises, un acteur de premier plan en France. D’où lui vient tout cet argent ? Essentiellement de l’exploitation du charbon et du gaz, dont les bénéfices ont explosé ces dernières années.

Publié le 11 mai 2023 , par Olivier Petitjean

Le milliardaire tchèque Daniel Křetínský est devenu en quelques années, à coup de rachats de médias et d’autres entreprises, un acteur de premier plan sur la scène française. Propriétaire de Marianne, actionnaire du Monde et de TF1, soutien financier de Libération, il est aujourd’hui en négociation exclusive avec Bolloré pour racheter le groupe d’édition Editis (Robert Laffont, Plon, Perrin, La Découverte, Le Cherche midi, Bordas, Nathan, 10/18...). Il est aussi l’un des principaux actionnaires de Fnac-Darty ainsi que de Casino, en grande difficulté financière. Qu’à cela ne tienne : Daniel Křetínský a fait savoir qu’il était prêt à monter au capital pour renflouer le groupe de grande distribution. Et ses ambitions ne s’arrêtent pas là puisqu’il aurait caressé un temps l’envie de prendre possession d’autres champions français en difficulé, comme Atos et même, il y a quelques années, EDF.

Mais d’où lui vient donc tout cet argent, qu’il dépense si libéralement pour sauver des fleurons de la presse ou de l’économie françaises ? En grande partie de l’exploitation du charbon et du gaz, et de ses liens privilégiés avec la russie de Vladimir Poutine, comme le rappelle un rapport publié en français par le think tank tchèque Re-Set.

Un baron du charbon

La fortune de Daniel Křetínský est indissociablement lié à celle du groupe EPH, plus grosse entreprise tchèque, dont il est le PDG et le principal actionnaire. Sous son égide et avec le soutien de banques tchèques et internationales dont la Société générale, EPH a poursuivi ces dernières années une stratégie agressive de rachats à bas prix de centrales ou de mines de charbon dont les groupes d’Europe occidentale, soucieux de verdir leur mix énergétique et leur image, ne voulaient plus. En conséquence, l’entreprise se retrouve aujourd’hui à la tête d’une flotte de centrales au charbon en République tchèque, en Allemagne, en Slovaquie, en Italie et au Royaume-Uni dont les émissions annuelles cumulées s’élèvent à presque 49 millions de tonnes de carbone. En France également, EPH a acquis les deux centrales au charbon détenues par Uniper, à Saint-Avold en Moselle et à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône.

Non seulement EPH continue à faire fonctionner la majorité de ces usines extrêmement polluantes tant que c’est possible, mais il peut se préparer tranquillement à profiter aussi des politiques gouvernementales de sortie des énergies fossiles. Dans le cas du plan allemand de sortie programmée du charbon d’ici 2030, Daniel Křetínský a ainsi pu négocier une compensation d’au moins 1,75 milliard d’euros. Et beaucoup craignent qu’il ne mette à profit le Traité de charte de l’énergie, un accord multilatéral censé protéger les investissements dans ce secteur, pour réclamer encore davantage d’argent aux autres pays qui emboîteront le pas à l’Allemagne.

Soutenez l’Observatoire

Parce que le débat démocratique mérite mieux que la com’ du CAC 40.

Faites un don

Superprofits de guerre

Ironie amère de l’histoire : à la faveur de la panique énergétique provoquée par l’invasion russe de l’Ukraine et les sanctions occidentales, certaines des centrales charbon d’EPH qui avaient été fermées pour des raisons écologiques ont été rallumées, dont celle de Saint-Avold en France.

Si Daniel Křetínský est aujourd’hui en mesure de racheter ou renflouer à tour de bras en France des médias, des maisons d’édition et des entreprises en détresse, c’est notamment que son entreprise EPH a vu son chiffre d’affaires grimper en flèche depuis quelques années. Ils ont plus que doublé entre 2020 et 2021 (de 8,5 à 18,9 milliards d’euros, puis à nouveau entre 2021 et 2022 (37,1 milliards d’euros). Son profit a été multiplié par plus de trois, à 3,8 milliards d’euros en 2022 contre 1,2 en 2021. Ces performances lui permettent de convaincre la Société générale et ses autres soutiens de continuer à financer sa politique de rachats.

Une partie de cette manne provient de l’exploitation d’un immense gazoduc appartenant à sa filiale Eustream, acquise dans des conditions obscures, qui transporte le gaz russe vers l’Europe de l’Ouest. Ces flux ont continué pendant de longs mois malgré la guerre en Ukraine et l’explosion du prix du gaz transporté, augmentant mécaniquement les bénéfices engendrés par Eustream pour son transport, et contribuant au financement de la machine de guerre russe. Cette source de revenus s’est cependant progressivement tarie à mesure que l’Europe prenait des mesures pour se sevrer du gaz russe [1]. Heureusement pour lui, Daniel Křetínský possède également d’importantes infrastructures de stockage de gaz, qui ont été très utilisées en 2022 pour prévenir le risque d’une pénurie.

Le pari de l’inaction climatique

Rien n’indique que Daniel Křetínský compte sortir réellement à terme des énergies fossiles. Un classement établi en 2022 par Ember et Europe Beyond Coal estimait ainsi qu’EPH avait le pire plan de décarbonation de toutes les entreprises énergétiques européennes. Le groupe a aussi le plus important plan de construction de nouvelles centrales et infrastructures gazières de tout le vieux continent. Son principal investissement en matière de sortie partielle des énergies fossiles est de miser sur le développement du bois pour remplacer le charbon, comme dans la centrale française de Gardanne, avec de forts risques, faute des garde-fous nécessaires, que cela contribue à alimenter la déforestation et donc que les bénéfices pour le climat soient nuls.

En France, Daniel Křetínský cultive une image de libéral pro-européen, et a investi dans toutes sortes de médias, depuis l’hebdomadaire Marianne et la chaîne TF1 (dont il détient environ 5%) jusqu’au Monde et à Libération en passant par Elle, Usbek & Rica, Télé 7 jours ou encore le nouvel hebdomadaire de Christophe Barbier, Franc Tireur. En République tchèque, au contraire, selon le rapport de Re-Set, certains des médias qu’il possède se distinguent par une communication beaucoup plus agressive contre les politiques climatiques et les mouvements écologistes. Rien de tel pour l’instant en France. Mais en étendant peu à peu sa toile dans le paysage médiatique et intellectuel de l’Hexagone, Daniel Křetínský parvient au moins à « blanchir » une fortune dont l’origine n’est, littéralement, pas très propre. Et s’il décide un jour d’utiliser ce pouvoir pour défendre ses intérêts économiques et politiques, nous n’y pourrons plus grand chose.

Olivier Petitjean

— 
Photo : Sludge G cc by-sa

Boîte Noire

Lire [le rapport de Re-Set->doc3431] en français. Cet article a été corrigé le 12 mai au matin pour intégrer les résultats 2022 annoncés par EPH.

Notes

[1Lire à ce sujet la traduction française d’un article de journalistes d’investigation tchèques du média Denik Referendum.

Les enquêtes de l’Observatoire

  • Multinationales et droits humains

    Impunité « made in Europe »

    Pourquoi l’Europe fait-elle obstruction, au sein de l’ONU, à l’adoption d’un traité international ambitieux sur les multinationales et leur responsabilité en matière de droits humains et d’environnement ?

  • Climat vs armement

    Des minerais critiques pour qui et pour quoi ?

    Derrière les beaux discours sur les besoins de minerais pour la transition énergétique, la loi européenne sur les matières premières critiques fait la part belle aux intérêts des géants des mines et de l’armement.

  • Sommet climat du 12 décembre 2017

    La Caisse des dépôts et consignations, financeur public des énergies du passé

    Gros plan sur les investissements publics français dans les énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz), en particulier ceux de la Caisse des dépôts et consignations.

L’Observatoire est à votre écoute

  • Besoin d’éclaircissements ?
  • Une question ?
  • Une information à partager ?
Contactez-nous