14.04.2015 • Lobbying

Le double discours des grandes entreprises européennes sur le climat

D’un côté, la plupart des grandes entreprises européennes, quel que soit le secteur concerné, multiplient les grandes déclarations et les engagements sur le climat. De l’autre côté, via leurs associations professionnelles, elles continuent indirectement à faire pression pour atténuer les objectifs climatiques de l’Union européenne et éviter des régulations trop contraignantes - sans risque pour leur image de marque. Une étude de l’université de Westminster met en lumière la schizophrénie - certains diraient l’hypocrisie - des grandes entreprises européennes.

Publié le 14 avril 2015

Elles disent être engagées pour la lutte contre le changement climatique, et le répètent à longueur de publicité et de rapports annuels. Mais dans le même temps, de nombreuses entreprises européennes unissent leurs forces au sein de structures de lobbying dont les visées sur le changement climatique s’avèrent opposées.

Le Policy Studies Institute, de l’université de Westminster, s’est penché sur ce paradoxe, au travers d’un rapport publié le 30 mars. Il ressort que 77 % des 500 plus grosses sociétés dans le monde sont membres de lobbys intéressés par le changement climatique. Au sein de ces groupes d’intérêt, les industries gourmandes en énergie, les lobbys des énergies fossiles ainsi que Business Europe, le Medef européen, tentent d’affaiblir le marché européen du carbone, mais aussi les mesures d’efficacité énergétique ou le soutien aux énergies renouvelables. Ainsi, Business Europe [le Medef européen] a tenté de s’opposer aux projets de ranimation du marché du carbone ou backloading, comme le montre ce communiqué, plaidant pour une refonte plus profonde et donc plus longue du système.

Parmi les entreprises prises entre deux chaises, on retrouve aussi BASF ou Solvay : les deux entreprises de chimie membres du groupement défendant les intérêts de la chimie, le CEFIC sont tiraillés entre plusieurs impératifs. Avoir accès à une énergie moins chère est crucial pour ces industries très gourmandes en énergie ; la chimie penche milite donc pour l’exploitation du gaz de schiste. Les groupes de chimie se disent par ailleurs de fervents acteurs de la lutte contre le changement climatique.

Dans une réponse à la Commission sur ses propositions de paquet climat, CEFIC proposait ainsi une approche « réaliste » à la question du changement climatique, dont l’ambition soit conditionnée au partage de l’effort avec les autres économies occidentales. Solvay et BASF sont par ailleurs membres du World Business Council for Sustainable Development, une organisation destinée à encourage les initiatives pour l’environnement.

Lire l’intégralité de l’article sur le site d’EurActiv. L’étude proprement dite est lisible ici.

— 
Photo : Nexocular cc by-nc-nd

Les enquêtes de l’Observatoire

  • Radiographie

    CAC40 : le véritable bilan annuel - édition 2019

    Dividendes, rémunérations, impôts, émissions de CO2, recours au plastique, projets controversés, droits humains et libertés syndicales, lobbying... Un portrait du CAC40 en 2019.

  • Influence

    Comment l’État français fait le jeu de Total en Ouganda

    Pourquoi le gouvernement français soutient-il les projets pétroliers de Total en Ouganda ? Au cœur de ce système d’influence : les portes tournantes entre Total et les hautes sphères de l’État.

  • Opportunisme

    Lobbying : l’épidémie cachée

    Derrière l’épidémie du coronavirus, il y en a aussi une autre, moins visible : une épidémie de lobbying. Les industriels n’ont pas perdu de temps pour « ne pas laisser se gâcher une bonne crise ».

L’Observatoire est à votre écoute

  • Besoin d’éclaircissements ?
  • Une question ?
  • Une information à partager ?
Contactez-nous