23.05.2014 • Climat

Les géants de l’agroalimentaire émettent autant de gaz à effet de serre que la Scandinavie

Une étude d’Oxfam montre que les dix plus grands groupes agroalimentaires mondiaux - parmi lesquels Danone, Nestlé, Unilever et Coca-Cola - ont émis en 2013, selon leurs propres déclarations, 263,7 millions de tonnes de carbon dans l’atmosphère. Soit autant que le Danemark, la Suède, la Norvège et la Finlande combinés. La production agricole en amont de leur chaîne de production représente près de la moitié de ces émissions. Si ces multinationales commencent à prendre conscience des risques que le changement climatique fait peser sur la viabilité à long terme de leur filières d’approvisionnement, elles agissent encore très peu pour réduire leurs propres émissions.

Publié le 23 mai 2014 , par Olivier Petitjean

À quelques exceptions près, les multinationales de l’agroalimentaire font un effort de transparence sur leurs émissions de gaz à effet de serre, en incluant leur chaîne d’approvisionnement, dans le cadre d’initiatives comme le Carbon Disclosure Project (CDP), qui sert ici de base à Oxfam.

La plupart d’entre elles ont également fixé - quoique souvent de manière peu précise et transparente - des objectifs de réduction des émissions dans leurs propres opérations directes. Cependant, celles-ci ne représentent qu’une part modeste de leurs émissions globales (29,8 millions de tonnes). En revanche, aucune de ces entreprises n’a véritablement fixé d’objectifs de réduction précis concernant leur chaîne d’approvisionnement et, en particulier, concernant la production agricole en amont de chaîne. Et aucune ne requiert de ses fournisseurs - qui sont en majorité de grandes entreprises agricoles gérant des plantations, pas des petits paysans - qu’il se fixe des objectifs de réduction de ses émissions.

L’ONG ne s’étend pas, dans le cadre de cette étude, sur les moyens concrets par lesquels les multinationales agroalimentaires pourraient réduire leurs émissions agricoles. Elle n’aborde de manière un peu détaillée que leur politique de lutte contre la déforestation, en lien avec l’huile de palme. Là encore, le bilan n’est pas très flatteur.

On est surtout en droit de se demander si une véritable politique de réduction des émissions globales de gaz à effet de serre de l’industrie agroalimentaire ne requerrait pas surtout de remettre en cause le modèle commercial même des géants du secteur, basé sur une agriculture industrielle et des chaînes d’approvisionnement internationales.

L’étude (en anglais) est accessible ici. Les dix multinationales concernées sont Associated British Foods, Coca-Cola, Danone, General Mills, Kellogg, Mars, Mondelez International, Nestlé, PepsiCo et Unilever.

Olivier Petitjean

— 
Photo : Jeanne Menjoulet cc by-nd

Soutenez l’Observatoire

Parce que le débat démocratique mérite mieux que la com’ du CAC 40.

Faites un don

Les enquêtes de l’Observatoire

  • Fracturation

    Les batailles du gaz de schiste

    Malgré l’interdiction de la fracturation hydraulique en France, les grands groupes tricolores sont bien décidés à développer le gaz de schiste en Europe (avec peu de succès) et ailleurs dans le monde.

  • Opportunisme

    Lobbying : l’épidémie cachée

    Derrière l’épidémie du coronavirus, il y en a aussi une autre, moins visible : une épidémie de lobbying. Les industriels n’ont pas perdu de temps pour « ne pas laisser se gâcher une bonne crise ».

  • Géants de l’énergie

    Total, EDF, Engie, Areva : le véritable bilan annuel 2015

    Climat, dividendes, lobbying et droits humains. En cette année de COP21, retour sur le véritable bilan annuel des quatre géants français de l’énergie : Total, EDF, Engie et Areva.

L’Observatoire est à votre écoute

  • Besoin d’éclaircissements ?
  • Une question ?
  • Une information à partager ?
Contactez-nous