Multinationale

LVMH

Le géant mondial du luxe dirigé par Bernard Arnault est désormais la première capitalisation boursière d’Europe.

Retrouvez toutes nos enquêtes sur LVMH.

Tous les chiffres

Chiffres clés

  • 1er mondial du luxe en chiffre d'affaires
  • 1er capitalisation boursière en France et en Europe
  • Site web www.lvmh.fr
  • Siège social 22 avenue Montaigne, Paris VIIIe
  • Dirigeants Bernard Arnault (PDG depuis 1990), Nicolas Bazire, Delphine Arnault, Antoine Arnault, Antonio Belloni
  • Actionnaires Groupe Arnault (47,5%), Caisse des dépôts et consignations (1,96%), Fidelity (1,01%)
  • Administrateurs Bernard Arnault (PDG), Antoine Arnault, Delphine Arnault, Dominique Aumont (représentant salariés), Nicolas Bazire, Marie-Véronique Belloeil-Melkin (représentante salariés), Antonio Belloni, Sophie Chassat (Wemean), Diego Della Valle (Tod’s), Clara Gaymard (Raise, ex GE), Iris Knobloch (Warner Media), Marie-Josée Kravis, Marie-Laure Sauty de Chalon (Factor K), Yves-Thibault de Silguy (YTSeuropaconsultants, Vinci), Natacha Valla (économiste), Hubert Védrine (ancien ministre), Yann Arthus-Bertrand et Lord Powell of Bayswater (censeurs)
  • Filiales importantes Tiffany, Givenchy, TAG Heuer, Bulgari, De Beers Diamond Jewellers, Le Bon Marché, Moët Hennessy, Les Échos Le Parisien
  • Marques liées Château d’Yquem, Moët & Chandon, Hennessy, Guerlain, Louis Vuitton, Krug, Glenmorangie, Veuve Clicquot, Hennessy, Guerlain, Parfums Christian Dior, Givenchy, Kenzo, Céline, Berluti, TAG Heuer, Hublot, Sephora
  • Principaux pays d’implantation France, Italie, Suisse, Etats-Unis, Chine, Russie

Premier groupe mondial de luxe, LVMH est issu du regroupement progressif de marques prestigieuses au sein d’une société qui est désormais la première capitalisation boursière de la place de Paris.

Utilisant le patrimoine de son entreprise familiale de BTP du Nord de la France, Bernard Arnault met d’abord la main en 1984 sur le groupe textile Boussac alors en crise, qui détient la marque Christian Dior et bénéfice de nombreuses subventions publiques débloquées au nom de la préservation de l’emploi. C’est grâce à cette manne que Bernard Arnault met ensuite la main entre 1987 et 1990, à la faveur du krach boursier, sur le groupe issu de la fusion entre Louis Vuitton et Moët Hennessy, rebaptisé LVMH.

Le géant du luxe grandit ensuite par acquisitions successives : Guerlain, Tag Heuer, Bulgari, Berluti, et plus récemment Tiffany. LVMH est également présent dans le secteur de la presse via le groupe Le Parisien - Les Échos.

LVMH et son PDG Bernard Arnault sont ainsi devenus l’emblème même de la croissance des inégalités de richesses - un groupe qui répond aux besoins et aspirations des « 1% » de la planète et qui en retire une fortune considérable. Ils font régulièrement la une des journaux pour leurs pratiques d’évitement fiscal, leurs dividendes et les hauts niveaux de rémunération des dirigeants.

Bernard Arnault est le symbole d’une nouvelle classe de milliardaires mettant volontiers l’accent sur leur générosité - comme à l’occasion de l’inauguration de la Fondation Louis Vuitton, de l’incendie de Notre-Dame ou encore de la crise du Covid-19. Cette générosité apparente est souvent critiquée parce qu’elle fait fond sur un partage des richesses de plus en plus inéquitable et parce qu’elle est elle-même largement soutenue par les fonds publics grâce à la niche fiscale sur le mécénat.


LVMH dans nos enquêtes


Dernières actualités sur LVMH


L’Observatoire est à votre écoute

  • Besoin d’éclaircissements ?
  • Une question ?
  • Une information à partager ?
Contactez-nous