Multinationale

Société générale

De la crise financière de 2008 au financement des énergies fossiles, le groupe bancaire peine à redorer son image.

Retrouvez toutes nos enquêtes sur Société générale.

Tous les chiffres

Chiffres clés

  • N° 3 des banques en France (selon les actifs)
  • N° 18 des banques dans le monde (actifs)
  • Site web www.societegenerale.com/
  • Siège social 29, boulevard Haussmann, Paris IXe
  • Dirigeants Frédéric Oudéa (DG depuis 2008), Lorenzo Bini Smaghi (président du conseil d’administration depuis 2015)
  • Actionnaires Capital Group (7,65%), BlackRock (7,1%), salariés (6,65%), Amundi (5,04%), Caisse des dépôts et consignations (2,19%)
  • Administrateurs Lorenzo Bini Smaghi (président du conseil d’administration, ex Snam), Frédéric Oudéa (DG), William Connelly (ex ING), Jérôme Contamine (ex Total, Sanofi, Veolia), Diane Côté (ex London Stock Exchange Group), Kyra Hazou (administratrice de sociétés), France Houssaye (représentante des salariés), Annette Messemer (ex Commerzbank, JP Morgan, Merril Lynch), Gérard Mestrallet (ex Engie), Juan Maria Nin Génova (ex Santander, Sabadell, La Caixa), Henri Poupart-Lafarge (Alstom), Johan Praud (représentant des salariés), Lubomira Rochet (administratrice de sociétés, JAB Holding, ex L’Oréal), Alexandra Schaapveld (administratrice de sociétés), Sébastien Wetter (représentant des salariés actionnaires), Jean-Bernard Lévy (censeur, EDF).
  • Filiales importantes Crédit du Nord, Boursorama
  • Principaux pays d’implantation France, République tchèque, Côte d’Ivoire, Sénégal, Cameroun, Royaume-Uni, Luxembourg

La Société générale est l’un des plus anciens et vénérables groupes bancaires français, fondé en 1864 par un groupe d’hommes d’affaires du Second Empire, dont Eugène Schneider qui en fut le premier président. Elle s’est très tôt développée à l’international, notamment en Russie.

Nationalisée en 1945, la Société générale sera à nouveau privatisée en 1987 - une période de forte consolidation du secteur bancaire en France et d’expansion internationale qui sera marquée par des batailles boursières avec le grand rival BNP et des affaires politico-financières.

Dans le même temps, la Société générale développe des activités de marché de plus en plus sophistiquées et s’engage à plein dans le type d’opérations qui mèneront à la crise des « subprimes » de 2007-2008. L’affaire Kerviel, du nom d’un trader de la Société générale rendu responsable de la perte de plusieurs milliards d’euros, obligera plusieurs dirigeants du groupe à partir et l’État à intervenir pour soutenir la banque. Comme les autres banques systémiques, la Société générale écopera suite à la crise financière globale de plusieurs amendes pour ententes et manipulations.

La Société générale a également été épinglée pour sa participation à l’industrie de l’évasion fiscale, notamment dans le cadre des scandales des « Panama Papers » et des « CumEx Files ». Elle est aussi l’un des principaux financeurs mondiaux des énergies fossiles, et notamment du développement du gaz de schiste aux États-Unis.

En France, comme ses pairs, le groupe est engagé dans une réduction drastique de ses effectifs dans le cadre de la réduction programmée de son réseau d’agences.


Société générale dans nos enquêtes


Dernières actualités sur Société générale


L’Observatoire est à votre écoute

  • Besoin d’éclaircissements ?
  • Une question ?
  • Une information à partager ?
Contactez-nous