Source : Clean Clothes

Filière textile

Bangladesh : un nouvel incendie met en lumière les limites des engagements des grandes marques comme H&M

par Olivier Petitjean

Un incendie est survenu il y a quelques jours dans une usine textile de Gazipur, au Bangladesh, fournissant plusieurs marques de confection occidentales, dont H&M. Quelques semaines auparavant, les ONG avaient relevé que plus de la moitié des fournisseurs du groupe suédois n’avaient toujours pas installé de portes coupe-feu. L’effondrement du Rana Plaza en avril 2013 avait provoqué une prise de conscience globale et les grandes marques, à commencer par H&M, avaient alors multiplié les engagements pour améliorer la sécurité et les conditions de travail dans leur chaîne d’approvisionnement, au Bangladesh et ailleurs. L’élan est-il retombé ?

L’incendie s’est déclaré le 2 février, tôt le matin, dans l’usine Matrix Sweaters à Gazipur. Les pompiers ont mis quatre heures à l’éteindre. Il n’a fait que des blessés, l’immense majorités des ouvriers de l’usine n’ayant pas encore rejoint leur travail. « Si le feu s’était déclenché ne serait-ce qu’une heure plus tard, 6000 ouvriers auraient été en danger de mort », dénoncent le Collectif Éthique sur l’étiquette et les autres ONG mobilisées sur la situation des ouvriers textiles du Bangladesh.

L’usine Matrix Sweaters était un fournisseur important de H&M ainsi que de JC Penney et d’autres grandes marques occidentales. Suite à la catastrophe du Rana Plaza, elle avait été soumise à des inspections de la part de l’Alliance for Bangladesh Worker Safety (« Alliance pour la sécurité des ouvriers au Bangladesh », la structure peu contraignante mise en place par Gap, Walmart et les marques américaines), puis à de nouvelles inspections dans le cadre de l’Accord on Fire and Building Safety in Bangladesh (« Accord sur la sécurité incendie et des usines au Bangladesh »), le dispositif plus solide mis en place par les autres marques, dont H&M, avec les syndicats et les ONG (sur toutes ces questions, lire notre enquête). Ces inspections avaient mis en lumière, à plusieurs reprises, de nombreux risques pour la sécurité de l’usine et de ses ouvriers et ouvrières, notamment des équipements électriques défaillants et l’absence d’issues de secours non encombrées. Les actions correctives recommandées par les inspecteurs n’ont été apportées que très lentement et partiellement [1]. Cela n’a apparemment pas empêché les marques concernées de continuer à lui passer commande. L’Alliance for Bangladesh Worker Safety assurait même sur son site que l’usine en question était « en bonne voie » (on track).

Les ONG dénoncent la « complaisance » d’H&M, qui communique beaucoup sur ses engagement éthiques mais n’a pas réellement changé de modèle économique. Quelques jours à peine avant l’incendie de Gazipur, elles avaient publié une étude montrant que plus de la moitié (55%) des fournisseurs stratégiques d’H&M au Bangladesh (fournisseurs classés « or » ou « platine » par la firme suédoise, soit 32 sur 229 fournisseurs au total dans le pays) n’avaient toujours pas installé de portes coupe-feu. En moyenne, ces usines n’avaient effectué qu’à peine plus de 60% des actions correctives recommandées. Sur les 229 usines fournissant H&M au Bangladesh, seulement 10 sont considérées comme « en bonne voie » pour concrétiser les engagements pris par l’entreprise suite au Rana Plaza, l’immense majorité des autres étant « en retard »...

Suite à l’incendie de Matrix Sweaters, H&M a publié une déclaration qui souligne les progrès obtenus par l’entreprise auprès de ses fournisseurs et réitère ses engagements. Quant au cas particulier de l’usine de Gazipur (qui n’était classée que « argent »), la firme suédoise ne s’explique pas sur sa responsabilité, se contentant d’annoncer qu’elle cessera jusqu’à nouvel ordre de lui passer des commandes.

Olivier Petitjean

— 
Photo : NYU Stern BHR @ flickr CC