Source : Mediapart

Exploitation

Travail détaché : le combat d’un ouvrier roumain blessé sur le chantier du terminal méthanier d’EDF à Dunkerque

La question du travail détaché a été largement mise en avant par les candidats à l’élection présidentielle 2017, souvent pour l’instrumentaliser. Les premières victimes des failles de ce système sont les travailleurs d’Europe de l’Est eux-mêmes, tandis que ses bénéficiaires ultimes sont souvent les grandes entreprises françaises, qui peuvent maintenir leurs coûts au minimum, sans avoir à se salir directement les mains. Illustration avec l’histoire de Cristian Bagiu, un travailleur détaché roumain blessé sur le chantier du terminal méthanier de Dunkerque, placé sous l’égide d’EDF, racontée par Mediapart.

Le 18 novembre 2013, [Cristian Bagiu] entame sa nouvelle mission sur le chantier de construction d’un immense port pour les bateaux transportant du gaz : le terminal méthanier de Dunkerque. Démarré en 2011, il s’agit alors du deuxième plus grand chantier de France après l’EPR de Flamanville. Le but pour Dunkerque LNG, filiale d’EDF qui en détient la majorité : approvisionner près d’un million de Français en gaz dès janvier 2017.

Pour respecter au mieux ce délai tout en tenant les contraintes budgétaires, SICES, l’un des nombreux sous-traitants présents sur le site, exige de Cristian Bagiu des cadences infernales : travailler dix voire douze heures par jour, six jours sur sept. « Je devais même parfois revenir le soir, et rester jusqu’à 23 heures-minuit, pour éclairer les ouvriers qui testaient les tuyaux. Bien sûr, ces heures étaient payées au même tarif que les autres. Que pouvions-nous dire ? Les chefs de SICES nous avaient interdit de parler aux syndicats, nous menaçant de nous renvoyer illico presto en Roumanie, sans même un billet d’avion. » Alors, il a joué le jeu. « Nous étions des esclaves, se souvient-il. Mais comme nous étions loin de chez nous, je me suis dit : “Autant travailler, pour envoyer plus d’argent à la famille.” »

Cristian Bagiu accumule alors les heures et la fatigue. « Peut-être ce rythme a-t-il conduit à mon accident », confie-t-il. L’homme marque une pause et sort plusieurs morceaux de papier sur lesquels il a noté jour par jour les événements de juin et juillet 2015, pressentant dès le début que la bataille serait longue.

Lire l’intégralité de l’article sur le site de Mediapart (abonnement).

Suite à l’accident, avec l’aide de la CGT, Cristian Bagiu a obtenu un peu d’argent de la SICES pour lui et certains de ses collègues, mais s’est retrouvé à assumer seul ses frais de santé à la fin de son contrat, et à devoir retourner en Roumanie.

Le parquet de Dunkerque a décidé d’ouvrir une information judiciaire pour « rémunérations et conditions de travail incompatibles avec la dignité humaine » sur le chantier du terminal méthanier, qui doit recevoir entre autres le gaz de schiste acheté par EDF aux États-Unis (lire notre article).

Lire également, à propos de la mort d’un ouvrier portugais sur ce même chantier : L’étrange transaction d’EDF avec la veuve d’un ouvrier mort sur le chantier du terminal méthanier de Dunkerque

— 
Photo : Françoise Soavi - Amsellem CC via flickr