27.03.2024 • Actus, revue de presse et liens

Liaisons dangereuses - La lettre du 27 mars 2024

Publié le 27 mars 2024

Bienvenue dans la lettre d’information de l’Observatoire des multinationales.

N’hésitez pas à rediffuser cette lettre, à nous envoyer vos réactions, commentaires et informations.

Bonne lecture

La France et la machine de guerre israélienne

Depuis le début de l’offensive à Gaza, les livraisons d’armes occidentales à Israël sont dans le viseur du mouvement de soutien à la Palestine. Dans plusieurs pays, des dockers, des syndicalistes et des militants de la société civile ont bloqué ou dénoncé les livraisons d’armes à destination de l’État hébreu.

Et en France ? Certaines fédérations et sections syndicales, notamment de la CGT, sont montées au créneau, et des actions ont été menées devant plusieurs sites des groupes français d’armement ayant des liens avec Israël. Les militants de Stop Arming Israel ont cartographié les usines de ces entreprises. Parmi les noms cités, on trouve Thales, Safran et Airbus, et d’autres firmes moins connues du grand public.

D’après les chiffres officiels, les livraisons d’armes françaises à Israêl (25,6 millions d’euros en 2022) restent modestes en comparaison à la totalité des ventes d’armes françaises sur cette même année (27 milliards) et aux dépenses militaires de Tsahal (25 milliards). Les autorités françaises prétendent en outre que ces exportations concernent seulement des armes défensives, qui ne sont pas utilisées dans l’offensive en cours à Gaza. C’est faux. Certaines armes et équipements français sont bien utilisés sur le terrain dans ce qui est de plus en plus largement reconnu comme une guerre à objectif génocidaire.

En outre, ces chiffres n’incluent pas les pièces et composants que l’on peut retrouver dans des drones et d’autres armes. Les médias Disclose et (MarsActu ont ainsi révélé qu’ont été exportées en octobre 2023 des équipements made in France destinés à équiper les fusils mitrailleurs de Tsahal.

Au-delà des exportations d’armes et d’équipements, les champions français du secteur de la défense ont également multiplié ces dernières années les partenariats avec le complexe militaro-industriel israélien.

Lire notre article : Les liaisons dangereuses de l’industrie française de l’armement avec Israël.

Plutôt que de se ruer sur les « métaux critiques », changer notre conception de la « transition »

Depuis quelque temps, nos dirigeants et nos industriels nous rabattent les oreilles de la nécessité impérieuse de sécuriser notre approvisionnement en « métaux critiques », voire de relancer l’exploitation minière en Europe et même en France au nom des exigences du climat et de la transition énergétique.
Mais de quelle « transition » parle-t-on ? Et cette relégitimation de l’industrie minière – aujourd’hui objet d’un vaste consensus – est-elle vraiment crédible ?

Dans son livre La Ruée minière au XXIe siècle paru en janvier dernier aux éditions du Seuil, la journaliste Celia Izoard nous rappelle que « la mine n’a jamais été aussi énergivore, aussi polluante et aussi radicale dans ses effets sur le vivant ». De sorte que vouloir accroître la production minière ne peut qu’augmenter encore les émissions de gaz à effet de serre, en plus de continuer à détruire des territoires entiers. C’est notre conception de la transition qu’il faudrait changer.

En réalité, l’engouement actuel pour les « métaux critiques » répond avant tout à la demande des industriels européens dans des secteurs comme l’aviation et l’armement (comme nous l’avons montré dans notre rapport Du sang sur le Pacte vert ?, ainsi qu’à la perte d’influence relative de l’occident dans le monde.

Lire notre entretien avec Celia Izoard.

Soutenez l’Observatoire

Parce que le débat démocratique mérite mieux que la com’ du CAC 40.

Faites un don

En bref

Formations à l’horizon. Comment enquêter sur les multinationales ? Sur leur lobbying ? Comment décrypter et exploiter les rapports annuels du CAC40 ? Tel est le programme de la nouvelle série de formations que propose l’Observatoire des multinationales en avril-mai à Paris. Ces formations sont conçues pour un public de journalistes et de salariés et militants de la société civile. Toutes les dates et informations sont disponibles ici.

Bon anniversaire TotalEnergies. C’est le 28 mars 1924 qu’a été fondée la Compagnie française des pétroles, ancêtre de TotalEnergies, à l’initiative du gouvernement de Raymond Poincaré. L’entreprise a été créée pour gérer les parts échues à la France dans le consortium pétrolier irakien, dans le cadre du partage de l’ex empire ottoman et des intérêts économiques allemands suite à la Première Guerre mondiale. Comme quoi, quoi qu’en prétendent encore aujourd’hui ses dirigeants, le groupe pétrolier a depuis sa naissance son destin et sa prospérité étroitement liés à la complaisance de l’État français. Nous avons eu l’occasion de le montrer à plusieurs reprises (voir par exemple Comment l’État français fait le jeu de Total en Ouganda et nous avons eu l’occasion d’y revenir lors de notre récente audition au Sénat. ONG et collectifs militants ont mené de nombreuses actions ces derniers jours pour célébrer à leur manière cet anniversaire, allant jusqu’à perturber la grand fête organisée par l’entreprise au château de Versailles.

Portes tournantes. Un ex membre d’un gouvernement d’Emmanuel Macron vient une nouvelle fois de rejoindre le secteur privé, en la personne de Laurent Pietraszewski. L’ancien secrétaire d’État aux retraites devient président du conseil d’administration du groupe Casino, désormais propriété du milliardaire tchèque Daniel Křetínský. On pourrait y voir un retour à la source pour celui qui était, avant de se lancer en politique, cadre RH au sein d’un autre groupe de grande distribution, Auchan. En réalité, s’il a été recruté, c’est pour mieux faire passer la pilule auprès du gouvernement du méga-plan social qui se prépare au sein de Casino. Des rendez-vous auraient même déjà été pris, selon La Lettre, avec les ministères concernés. Une nouvelle illustration des constats que nous faisons dans notre page spéciale Les portes tournantes : la plupart des responsables publics qui vont pantoufler dans le privé n’y vont pas par « esprit d’entreprise », mais pour faire du lobbying.

Un déficit très prévisible. Le déficit public de la France pour 2023 s’établit à 5,5%, bien au-delà des prévisions du gouvernement. Celui-ci s’en sert pour justifier une nouvelle cure d’austérité dont les 10 milliards d’économies annoncés récemment ne sont que la première étape. Comment expliquer que Bercy n’ait pas su (ou pas voulu) voir venir le dérapage des finances publiques ? Selon les premiers éléments disponibles, le trou constaté s’explique par une large part par des recettes fiscales moindres qu’attendues, notamment en ce qui concerne l’impôt sur les sociétés (à cause des « sociétés financières », a suggéré Bruno Le Maire). On nous avait pourtant promis que les « superprofits » étaient une bonne nouvelle pour la France, car ils permettraient d’augmenter les rentrées fiscales. Autre échec patent : la taxe exceptionnelle sur les profits des énergéticiens, qui n’a rapporté que 300 millions d’euros contre 12 milliards escomptés initialement – probablement parce que les dits énergéticiens ont pu s’arranger pour passer entre les mailles du filet. Après les multiples baisses d’impôts sur les entreprises et le capital et l’augmentation en flèche des aides publiques à ces mêmes entreprises (cf. notre initiative Allô Bercy), le déficit constaté aujourd’hui était plus que prévisible, tout comme il était plus que prévisible qu’il servirait à justifier de nouvelles régressions sociales.

Devoir de vigilance. À signaler si vous avez lu nos dernières lettres : la directive européenne sur le devoir de vigilance a finalement été adoptée le 15 mars dernier – dans une version amoindrie par rapport au projet approuvé initialement par le Conseil sous la pression de l’Allemagne, de l’Italie et de la France.

Les enquêtes de l’Observatoire

  • Pétrole

    Total : une « stratégie climat » en trompe-l’oeil

    Entre omissions, manipulations et effets d’annonce, la stratégie climat rendue publique par Total relève surtout d’une opération de marketing, sans inflexion substantielle.

  • Opportunisme

    Lobbying : l’épidémie cachée

    Derrière l’épidémie du coronavirus, il y en a aussi une autre, moins visible : une épidémie de lobbying. Les industriels n’ont pas perdu de temps pour « ne pas laisser se gâcher une bonne crise ».

  • Union européenne

    Lobby Planet - Petit guide de la lobbycratie à Bruxelles

    Quels sont les principaux acteurs et les principaux enjeux du lobbying auprès des institutions européennes ? Un guide pour s’y retrouver dans les batailles d’influence bruxelloises.

L’Observatoire est à votre écoute

  • Besoin d’éclaircissements ?
  • Une question ?
  • Une information à partager ?
Contactez-nous